Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

POLITIQUE

Le District autonome de Yamoussoukro, capitale politique ivoirienne, abritera du 23 au 27 juillet 2018, la 7ème conférence au Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) ivoiro-burkinabè. A cet effet, les organisateurs mettent les petits plats dans les grands pour que les travaux se déroulent normalement. Avant le démarrage des travaux des experts des deux pays, le mardi 23 juillet, le Préfet de la Région du Bélier a sonné le rassemblement par des rencontres avec les chefs de communautés, les chefs traditionnels et religieux, les associations des jeunes et des femmes ainsi que la presse. C’était le jeudi 19 juillet 2018.

L’agenda du 7ème Sommet de Traité d’Amitié et de Coopération prévoit la réunion des experts des deux pays mardi, suivie jeudi du Conseil des Ministres conjoint du Gouvernement, ainsi que l’ouverture d’un Forum des hommes d’affaires à l’hôtel Président de Yamoussoukro.

Le Président ivoirien, SEM. Alassane OUATTARA est annoncé jeudi à Yamoussoukro, où il accueillera le même jour, dans l’après-midi, son homologue burkinabè, SEM. Roch Marc Christian KABORE.

La 7ème conférence au Sommet du TAC sera officiellement ouverte vendredi prochain à la Fondation internationale pour la recherche de la paix Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro, en présence des deux Chefs d’Etat, des deux Premiers ministres et les membres de leurs Gouvernements respectifs.

A sa séance du mercredi 18 juillet dernier, le Conseil des ministres du Gouvernement ivoirien indiquait qu’à « l’initiative du Président de la République, la 7ème Conférence au Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso se tiendra le 27 juillet 2018 à Yamoussoukro. Cette rencontre, qui sera co-présidée par leurs Excellences Messieurs Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire et Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, portera essentiellement sur l’état de mise en œuvre des décisions et recommandations issues de la 6ème  Conférence au Sommet du TAC et sur la signature de nouveaux accords de coopération ».

En somme, cette 7ème conférence au Sommet du TAC sera l’occasion pour les Gouvernements des deux pays de revisiter les onze (11) accords bilatéraux signés en juillet 2017 à Ouagadougou, lors de la 6ème conférence au Sommet du TAC. Ces accords concernent notamment les domaines de la sécurité, de l’emploi des jeunes, de la femme et du genre, du transport, de l’énergie, de la coopération douanière, de la fourniture d’électricité de la Côte d’Ivoire au Burkina, et de la réhabilitation de la ligne de chemin de fer qui relie Abidjan à Ouagadougou, ainsi que son prolongement jusqu’à Tambao et Kaya.

Initié en juillet 2008, le TAC est un symbole de la coopération, de fraternité entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. Il constitue une véritable instance de décision politique pour l’action commune des deux Gouvernements, et œuvre au rapprochement des peuples, suscitant des initiatives concrètes et opérationnelles à vocation bilatérale, sous-régionale et africaine.

Le TAC a enregistré d’importants acquis, notamment, dans des secteurs des infrastructures routières et ferroviaires, les relations économiques et commerciales, l’énergie, l’agriculture et le foncier rural, la formation professionnelle, l’artisanat, la culture et le tourisme, l’emploi des jeunes et les droits de la femme. Mais également dans les domaines de la diplomatie, la défense et la sécurité, l’éducation et la recherche scientifique, la libre circulation des personnes et des biens, etc.

Service Presse

Ambassade du Burkina en Côte d’Ivoire

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé