Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

POLITIQUE

La première session extraordinaire de l’année 2018 a été ouverte ce lundi 16 juillet 2018. Elle connaitra l’examen de plusieurs projets de loi dont le Code électoral, selon Alassane Bala Sakandé, président de l’Assemblée nationale qui a présidé la plénière d’ouverture de cette session.

117. C’est le nombre de députés présents à l’hémicycle lors de l’ouverture de cette session extraordinaire. 

Dans son discours d’ouverture, le président de l’Assemblée nationale Alassane Bala Sakandé a fait référence à la théorie de Jean Jacques Rousseau sur le contrat social pour décliner sa vision de l’Etat de droit. Citant toujours le célèbre auteur français, Bala Sakandé a rappelé que « notre pacte social devra se fonder sur la renonciation aux droits naturels au profit d’un Etat qui, par sa protection, conciliera l’égalité et la liberté ; la sauvegarde, par les législateurs que nous sommes, du bien-être général contre les groupements d’intérêts ; le maintien de la pureté de la démocratie par des assemblées législatives ». Se référant à l’insurrection populaire, Bala Alassane Sakandé souhaite refonder la cohésion sociale afin de parvenir à un compromis social, qui selon lui, est un instrument par excellence de justice sociale.

Réviser le code électoral

Déclinant le contenu de la session, le président de l’Assemblée nationale a fait savoir que plusieurs lois seront au menu. Outre les projets de loi relatifs à la ratification d’ordonnance, les députés sont appelés à examiner les textes suivants : le projet de loi organique portant composition, organisation, attributions et fonctionnement du Conseil d’Etat et procédure applicable devant lui ; le projet de loi portant modification de la loi n°004-2015/CNT du 03 mars 2015 portant prévention et répression de la corruption au Burkina Faso et le projet de loi portant modification de la loi n°009-2009/AN du 14 avril 2009 portant statut de l’opposition politique. Le projet de loi portant Code électoral sera également examiné et adopté au cours de cette session.

« J’invite les députés à placer les travaux de cette session extraordinaire à l’ordre du jour sous le paradigme du consensus » a dit Bala Alassane Sakandé pour terminer.

 

Source: Assemblée nationale

*Le titre est de la rédaction

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir