Aujourd'hui,
URGENT
Egypte: l'Onu demande une enquête indépendante sur la mort de l'ancien président Mohamed Morsi
Gabon: colère des femmes gabonaises après la suppression du ministère dédié à l’Égalité
Burkina: le CICR renforce les capacités des journalistes sur la couverture «responsable» des conflits armés
Procès Putsch: le parquet militaire requiert la prison à vie pour les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé. 
Procès Putsch: le parquet militaire demande la destitution des généraux Diendere et Bassole de leur grade. 
Burkina: l’ex parti au pouvoir, le CDP,  accuse certains de ses membres de vouloir sa liquidation (AIB)
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat

POLITIQUE

A quelques jours de la tenue du 2ème congrès ordinaire du parti du «lion», le comité national d’organisation a rencontré la presse ce lundi 16 juillet au siège du parti afin d’échanger avec elle sur le contenu et le déroulement de cet évènement. 

Prévue pour se tenir les 20, 21 et 22 juillet prochain à Ouagadougou sous le thème «UPC: stratégie pour une victoire éclatante en 2020, synonyme de paix, d’unité nationale, de sécurité et de prospérité», cette instance statutaire du parti est jugée «très important» par le parti.

Selon le président du comité d’organisation, Adama Sosso, à travers le thème retenu, le congrès travaillera non seulement à renouveler la composition des organes dirigeants du parti, mais aussi et surtout à réfléchir sur d’autres stratégies idoines pouvant amener l’ l’UPC au pouvoir en 2020 afin de permettre au peuple burkinabè « de vivre dans la paix, la cohésion sociale, la sécurité et la prospérité ».

Aux dires de M. Sosso, cinq sous thèmes seront traités en vue d’outiller leurs militants dans la perspective de cette victoire en 2020. Ils porteront sur l’organisation, la structuration et l’administration du parti; sur les stratégies de recrutement de relais locaux ; sur les stratégies de développement des partenariats et alliances et enfin sur le financement du parti.

Pour le président du comité national d’organisation, ce congrès se tiendra dans un contexte socio-politique difficile du fait de la grogne sociale, de la désaffection criarde des populations face à la politique de mal-gouvernance du régime en place et surtout de la situation d’insécurité permanente. «Compte tenu de ces difficultés que vivent nos braves populations, nous réfléchirons dans le cadre du traitement du cinquième sous thème sur les réponses à apporter à ces questions d’actualité» a dit M. Sosso.

Le « député frondeur » Daouda Simboro du groupe parlementaire UPC/RD conditionnerait sa participation à ce congrès par la garantie de sa propre sécurité. «Nous pensons que Simon Compaoré avait assuré valablement la sécurité de l’ensemble de ses camarades. Il n’y a plus d’inquiétude à ce niveau (…). A l’assemblée nationale, chaque député frondeur avait un garde-corps. Ils sont même mieux sécurisés que nous ici (…)», ironise le président du comité d’organisation.

Sur le sujet, les conférenciers ont fait savoir que cela ne relève pas de leur compétence. «La sécurité n’est pas assurée par l’UPC. La sécurité est assurée par des forces spéciales du pays, et nous avons fait appel à ces forces spéciales pour assurer la sécurité de tous les participants au congrès sans exception. Nous n’allons pas particulariser la sécurité de quelqu’un. Celui qui pense qu’il est militant du parti qu’il vienne. Je ne vois pas pourquoi un militant sincère d’un parti demandera une protection pour venir à une réunion de son parti» mentionne M. Sosso.

A préciser que le programme de ce rendez-vous quadriennal qui se tiendra au palais des Sports de Ouaga 2000 regroupera environ 5000 congressistes venus des 45 provinces du Burkina Faso et de la quinzaine de pays frères.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé