Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

POLITIQUE

Le Pr Stanislas Ouaro, ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation (Mena), était ce lundi 11 juin 2018 face à la presse. Au cours de cette rencontre, le Pr Ouaro s’est voulu rassurant quant à la tenue des examens de fin d’année. Foi du ministre, « les préparatifs se déroulent de manière satisfaisante ». 

Le Mena a à sa charge l’organisation du Certificat d’étude primaire (CEP), le Brevet d’études du premier cycle (BEPC), les Certificats d’aptitude professionnelle (CAP) et les Brevets d’études professionnelles (BEP). Ces examens se dérouleront dès le 18 juin prochain sur toute l’étendue du territoire national. C’est ce qu’a laissé entendre le Pr Ouaro. Cette confirmation de la tenue des différentes épreuves de ces compositions susmentionnées intervient après la signature d’un protocole d’accord avec la coordination des syndicats de l’éducation. 

Pour cette session 2018 de ces examens, il est à noter une évolution des effectifs. Ainsi, 388.897 candidats, dont 305 en situation de handicap, sont inscrits pour le CEP. Ceux-ci seront répartis dans 594 jurys pour un total de 1843 centres de compositions.  

Au niveau du BEPC, on dénombre 315.235 candidats enregistrés, qui composeront dans 1375 centres d’examen, pour un jury estimé à 712 au total. Pour ce qui est de l’enseignement technique et de la formation professionnelle aussi bien pour les BEP et CAP, ce sont 43 spécialités qui sont concernées. Le nombre de candidats enregistrés ici, est de 11.420. Lesquels seront répartis dans 69 centres de composition et 63 jurys. 

Se prononçant sur les dispositions prises pour cette année, Stanislas Ouaro a fait savoir qu’en termes d’innovation, son département a « procédé au regroupement de certains centres de compositions du BEPC compte tenu de la prolifération des centres à effectifs réduits engendrés par l’arrivée des candidats du continuum ». Toutefois, si des difficultés ont été répertoriées au niveau de la structure centrale, tout est fin prêt, à en croire le Pr Ouaro pour que les examens démarrent effectivement le lundi 18 juin. A cet effet, il estime que « les préparatifs des examens et concours de la session 2018 se déroulent de manière satisfaisante sur le plan technique ». 

Cependant, au regard du contexte sécuritaire tendu dans certaines régions du pays, le gouvernement a pris toutes les dispositions nécessaires pour que les examens se déroulent sur l’ensemble du territoire. Aussi, il a annoncé la tenue d’une session spéciale à l’endroit des élèves qui ne pourront pas y participer, du fait de la question sécuritaire. A cet effet, le ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation a indiqué que le gouvernement a «déployé une stratégie à la fois pédagogique et sécuritaire ». 

C’est un budget total de plus de 14, 14 milliards de F CFA (14.148.835.119, Ndlr) qui a été alloué pour l’organisation de cette session 2018 de ces différents examens et concours. Le CEP va se dérouler du 19 au 28 juin. Quant aux trois autres (BEPC, BEP, CAP) ils débuteront le lundi 18 juin prochain. La proclamation définitive des résultats du BEPC est prévue le 1er juillet et celle des CAP et BEP, interviendra le 16 juillet 2018.      

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé