Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

POLITIQUE

Dans ce communiqué de presse, le Mouvement des jeunes socialistes (MJS) trouve inadmissible « l’inaction » des autorités publiques face à l’insécurité alimentaire qui toucherait une vingtaine de provinces. Il invite par conséquent le gouvernement à prendre « des mesures rapides et concrètes pour venir en aide aux populations » affectées.

Le Mouvement des Jeunes socialistes (MJS) est consterné par l’inaction des autorités publiques face à la pénurie alimentaire sévissant dans au moins vingt provinces du pays. Il n’est pas acceptable qu’au 21ème siècle, des populations entières soient menacées de mourir de faim car les autorités refusent de venir au secours des nécessiteux.  

Depuis plusieurs mois, une vingtaine de provinces du Burkina Faso connaissent des pénuries alimentaires aggravées. Les populations peinent à pouvoir manger une fois par jour et à nourrir leurs enfants. On constate également une destruction du cheptel et la vente d’outils agricoles destiné à l’agriculture. Cette décomposition de l’appareil productif et la famine ne sont pas acceptables au 21ème siècle et représentent un danger majeur pour la cohésion et la sécurité des populations burkinabè. 

Le Gouvernement du Burkina Faso et les autorités provinciales ont une responsabilité envers les populations. Il n’est pas admissible que les dirigeants de notre contrée s’adonnent à des festins pendant que le peuple n’arrive pas à nourrir une fois par jour ses enfants. Il est urgent que les dignitaires et autorités prennent des mesures rapides et concrètes pour venir en aide aux populations. 

Il est nécessaire que les pouvoirs publics assurent la distribution de riz auprès des familles sinistrées par la famine. Cette distribution doit être faite sous étroite surveillance afin d’éviter toute forme de détournement de nourriture et combattre le marché noir. Il faut également analyser les besoins locaux sur court à moyen terme pour reconstituer le cheptel, améliorer les conditions agricoles et combattre la sècheresse. 

Le Gouvernement doit aussi mettre sur pied un plan pour combattre les effets de la pénurie de pluie dans les régions sensibles du pays. Cela signifie investir dans le développement de cultures capables de résister aux pénuries et aussi dans un élevage moins dépendant des pâturages locaux, très sensibles au manque de pluie. 

Fait à Ouagadougou le 04 Juin 2018

 Adama CONGO

Président des Jeunes Socialistes du Burkina Faso 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir