Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)
Mali: Boubou Cissé nommé Premier ministre
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 

POLITIQUE

La Coordination régionale des syndicats de l’éducation du Centre (CRSE) indique qu’il y a eu «des actes de répression de certains grévistes, en l’occurrence les enseignants affectés au Prytanée militaire du Kadiogo à qui l’administration militaire refuse le droit de grève». Chose que la CRSE qualifie d’atteintes aux libertés syndicales et comptait organiser une marche meeting ce lundi 4 juin 2018. Finalement, la coordination s’est contentée d’un meeting suite à une correspondance du ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation les invitant au calme.


Selon les affirmations de Rasmané Dipama, Coordonnateur régional des syndicats de l’éducation, lesdits enseignants ont reçu leur certificat de cessation de service et leurs remplaçants sont connus depuis le 25 octobre 2017, date à laquelle leurs décisions de mise à disposition ont été signées. C’est donc en considérant cela comme une atteinte au droit de grève et pour demander la satisfaction des points de leur plateforme, que les syndicats ont décidé de faire une marche meeting ce lundi matin.

Regroupé au Centre de l’éducation ouvrière de Ouagadougou, ils se sont contentés finalement d’un meeting. Selon M. Dipama, la CRSE a reçu une correspondance du Mena pour présenter la position du gouvernement sur la question. En effet, le gouvernement souhaiterait que les enseignants concernés choisissent les établissements dans lesquels ils souhaiteraient être affectés. Toujours selon les propos de Rasmané Dipama, le Mena s’engagerait aussi à ne plus affecter d’enseignants au PMK sauf sur demande de l’intéressé lui-même.

Mais tout en saluant la démarche du gouvernement, les syndicalistes disent «Non à la manière dont les camarades ont été débarqués du PMK et demandent leur réintégration». Toutefois, la CRSE compte répondre au Mena et lui transmettre les propositions de ses militants avant une quelconque action. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé