Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé
Burkina: l'Assemblée nationale va financer la construction du siège du CFOP (Alassane Bala Sakandé)
Aéronautique: Airbus annonce la fin de la production de son géant des airs, l'A380
Football: Salitas FC et l'Etoile sportive du Sahel font un nul (0-0) à l'issue de la 2e journée de la Coupe de la Confédération 
Kenya: un léopard noir d'Afrique a été pris en photo, une première depuis un siècle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré va présenter sa déclaration de politique générale le lundi 18 février devant les députés
CAN U20: le Sénégal vainqueur de l'Afrique du sud (1 à 0) jouera la finale contre le Mali qui a éliminé le Nigéria

POLITIQUE

La Coordination régionale des syndicats de l’éducation du Centre (CRSE) indique qu’il y a eu «des actes de répression de certains grévistes, en l’occurrence les enseignants affectés au Prytanée militaire du Kadiogo à qui l’administration militaire refuse le droit de grève». Chose que la CRSE qualifie d’atteintes aux libertés syndicales et comptait organiser une marche meeting ce lundi 4 juin 2018. Finalement, la coordination s’est contentée d’un meeting suite à une correspondance du ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation les invitant au calme.


Selon les affirmations de Rasmané Dipama, Coordonnateur régional des syndicats de l’éducation, lesdits enseignants ont reçu leur certificat de cessation de service et leurs remplaçants sont connus depuis le 25 octobre 2017, date à laquelle leurs décisions de mise à disposition ont été signées. C’est donc en considérant cela comme une atteinte au droit de grève et pour demander la satisfaction des points de leur plateforme, que les syndicats ont décidé de faire une marche meeting ce lundi matin.

Regroupé au Centre de l’éducation ouvrière de Ouagadougou, ils se sont contentés finalement d’un meeting. Selon M. Dipama, la CRSE a reçu une correspondance du Mena pour présenter la position du gouvernement sur la question. En effet, le gouvernement souhaiterait que les enseignants concernés choisissent les établissements dans lesquels ils souhaiteraient être affectés. Toujours selon les propos de Rasmané Dipama, le Mena s’engagerait aussi à ne plus affecter d’enseignants au PMK sauf sur demande de l’intéressé lui-même.

Mais tout en saluant la démarche du gouvernement, les syndicalistes disent «Non à la manière dont les camarades ont été débarqués du PMK et demandent leur réintégration». Toutefois, la CRSE compte répondre au Mena et lui transmettre les propositions de ses militants avant une quelconque action. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé