Aujourd'hui,
URGENT
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018
Ouagadougou: une formation tactique entraînera «des explosions bruyantes» le jeudi 15 novembre (ministère de la sécurité)
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)

POLITIQUE

L’Assemblée nationale a adopté ce jeudi 31 mai 2018 avec 83 voix pour et 42 voix contre, la loi portant Code pénal. L’une des innovations est la suppression de la peine de mort. Par ce vote, le Burkina rejoint la liste des pays ayant supprimé la peine de mort dans leur arsenal juridique. 

Pour le ministre en charge de la justice, René Bagoro, l’objectif général de l’adoption d’un nouveau code pénal « était de mettre à la disposition des praticiens du droit et des justiciables, un Code pénal actualisé et moderne pour une justice plus crédible, équitable, accessible et efficace dans l’application de la loi pénale.

Et selon ses explications, outre la suppression de la peine de mort,  le nouveau code pénal a pris en compte plusieurs insuffisances. Il s’agit, entre autres, des  incriminations découlant des nouveaux instruments internationaux relatifs à la lutte contre la criminalité transnationale organisée, le terrorisme, la corruption, des différents textes nationaux comportant des dispositions pénales, de la révision à la hausse du quantum des peines d’emprisonnement et d’amende, de l’incrimination des faits constituant des violences faites à la femme, à la jeune fille et à l’enfant conformément à la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes.

 « Depuis l’adoption du Code pénal en 1994, le périmètre du droit pénal s’est élargi rendant nécessaire l’adoption de plusieurs lois pénales nouvelles, qu’il est aujourd’hui indispensable de codifier (…) Au niveau international, l’adoption de plusieurs instruments juridiques à caractère pénal tels que les conventions sur la lutte contre la corruption, sur la lutte contre le terrorisme, sur la criminalité transnationale organisée des Nations Unies et les exigences de l’abolition de la peine de mort rend urgente l’adaptation du droit pénal aux engagements souscrits par le Burkina Faso. (…) D’une manière générale, le nouveau Code pénal a vocation à mieux réprimer les actes de discrimination et les atteintes aux droits de l’Homme sous toutes leurs formes » a fait savoir le ministre Bagoro, avant l’adoption du nouveau code.

A l’en croire, cette révision fait partie  des grands objectifs du document de politique nationale de Justice de la période 2010-2019 dont le but est de « renforcer la place de la justice au sein de l’État de droit et de la société, de manière à en faire un acteur essentiel de la construction démocratique et du développement ».

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir