Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

le président du groupe municipal UPC Jean Léonard Bouda

POLITIQUE

Chaque mardi, l’opposition politique tient une conférence de presse pour décrypter l’actualité nationale. Ce mardi 22 mai 2018, c’est l’opposition municipale de la commune de Ouagadougou qui était face aux hommes de média pour leur faire part de la gestion de la ville d’une part et de la situation qui prévaut à l’arrondissement 3.

Selon le président du groupe municipal UPC, Jean Léonard Bouda, jusqu’à ce jour (22 mai 2018 ndlr) la mairie de l’arrondissement 3 ne dispose pas de fonds pour son fonctionnement au mépris des textes. Aux dires de M. Bouda, à la lumière de l’article 19 du décret du 15 mai 2006 portant régime financier et comptable des collectivités territoriales du Burkina, l’arrondissement 3 attend depuis janvier sa dotation de 2018 sur la base du budget 2017. 

Pour les conférenciers du jour, le maire Armand Béouindé  veut « s’ingérer dans la gestion de l’arrondissement» et pourtant, selon eux, le crédit de l’arrondissement étant un crédit délégué, il doit être cependant géré par l’ordonnateur délégué qui est le maire de l’arrondissement 3. «Il ne peut en aucun cas être géré par l’ordonnateur principal qui est le maire de Ouagadougou» a dit M. Bouda 

Et la maire de l’arrondissement 3, Rainatou Ouédraogo de préciser que, même si le budget n’a pas pu être adopté pour faute de quorum, «cela ne veut pas dire que la mairie doit rester sans budget puisque les textes sont clairs là-dessus». A entendre la maire Rainatou Ouédraogo, le maire Béouindé lui a demandé de dresser les besoins de son arrondissement pour qu’il fasse les achats pour ledit arrondissement. «Je lui ai envoyé une lettre pour lui dire que dans sa lettre, il n’a pas mentionné la disposition légale qui le permet de gérer le budget de l’arrondissement 3» a-t-elle mentionné. 

Par contre, souligne-t-elle, les articles 331 à 333 du code général des collectivités territoires prescrivent une relation de collaboration et non de hiérarchie ou de tutelle qui doit s’établir entre les maires des arrondissements et le maire de Ouagadougou.

Rainatou Ouédraogo se pose donc la question de savoir pourquoi le maire Béouindé veut outrepasser les textes pour gérer le pays. Toute chose, dit-elle, qui entrave au bon fonctionnement de l’arrondissement car, depuis janvier 2018 «nous n’avons pas reçu quoi que ce soit, ni en espèce ni en nature, de la commune de 0uagadougou».

A la question de savoir si les conseillers municipaux ont eu langue avec le maire Béouindé sur la situation qui prévaut au sein de l’arrondissement 3, l’édile répond ceci: «Suite à une motion déposée à notre encontre depuis le 31 mars 2017, nous avons engagé des démarches dans le cadre de convoquer une session extraordinaire pour discuter des motifs qui nous sont reprochés. De toutes ces démarches, le maire Béouindé a été informé pour la résolution de la crise à l’arrondissement 3. Jusqu’à ce jour (22 mai 2018 ndlr), il ne s’est jamais intéressé à ce qui se passe à l’arrondissement 3».

Par ailleurs, pour l’opposition municipale, la gestion de la commune de Ouagadougou est loin d’être un exemple de bonne gouvernance. Les conférenciers du jour ont indiqué qu’en termes de bilan dans l’organisation des fêtes de fin d’année 2016, plus de 113 millions de francs Cfa ont étés dépensés. Quant au bilan des réjouissances de fin d’année 2017, «plus de cinq mois après, aucun bilan n’est annoncé».

«En portant le problème à l’opinion publique, nous espérons que le maire Béouindé va corriger le tir. Nous n’envisageons pas d’actions contre lui  car, nous sommes une opposition républicaine» a conclu l’opposition municipale.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir