Aujourd'hui,
URGENT
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018
Ouagadougou: une formation tactique entraînera «des explosions bruyantes» le jeudi 15 novembre (ministère de la sécurité)
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)

POLITIQUE

Le Cadre de concertation du Chef de file de l’opposition (CC/CFOP) a tenu une réunion ordinaire le mardi 20 décembre 2016 à Ouagadougou, selon ce communiqué de presse.


«Présidée par le Chef de file de l’Opposition, M. Zéphirin DIABRE, la réunion avait pour ordre du jour:

-La situation nationale ;
-L’examen d’une demande d’adhésion au cadre ;
-Le point des travaux sur le bilan de l’an I du pouvoir en place ;
-L’examen d’une correspondance du Ministère de l’administration territoriale.

Au chapitre de la situation nationale, les responsables des partis d’opposition ont unanimement condamné l’attaque terroriste qui a eu lieu à Nassoumbou le 16 décembre dernier. Ils ont noté l’escalade grandissante de la violence terroriste et appelé le gouvernement à faire preuve de détermination victorieuse dans la protection des Burkinabè. Une déclaration  spécifique sur ce sujet a été faite et envoyée à la presse.

Toujours au chapitre de la situation nationale, les responsables de l’Opposition se sont également penchés sur les résultats de la conférence des partenaires sur le financement du PNDES. Comme tous les Burkinabè, l’Opposition a écouté le bilan dressé par le Gouvernement à son retour de Paris. Elle a entendu le gouvernement annoncer qu’il avait mobilisé  des financements à hauteur de dix-huit mille milliards de francs CFA. L’Opposition félicite les autorités pour avoir su convaincre les partenaires au développement de verser une telle somme à notre pays.  Pour l’Opposition,  le gouvernement n’a plus aucune excuse pour ne pas  régler rapidement les problèmes d’éducation, de santé, d’emplois des jeunes, d’insécurité, de relance économique, d’apurement de la dette intérieure, d’accès à l’eau potable, ou de lutte contre la vie chère, qui assaillent nos populations.

L’Opposition attend donc de voir les choses changer très rapidement dans la vie quotidienne des Burkinabè, puisque l’argent  tant attendu est  enfin là ! Comme tous les Burkinabè, elle n’acceptera plus que face aux revendications légitimes des travailleurs et des populations, le gouvernement continue de nous opposer l’argument de manque de moyens financiers.

Sur le deuxième point de l’ordre du jour, l’assemblée a  examiné une demande introduite par le parti politique  « l’Autre Burkina /PSR » dirigé par le Dr Alain Zoubga, en vue de  participer  au Cadre de Concertation du Chef de File de l’Opposition Politique. A l’unanimité, les responsables de partis présents ont donné une réponse positive à cette demande, et mandaté le Chef de file pour qu’il adresse une invitation au Dr Zoubga à prendre désormais part aux différentes rencontres du cadre.

Concernant le bilan de l’An I du pouvoir en place, l’opposition a mis sur pied une commission  pour la rédaction d’un mémorandum. Au cours de la réunion, cette commission dirigée par M. Alphonse-Marie OUEDRAOGO, Président de l’URD/MS, a fait  le point de l’avancée des travaux. Le  mémorandum sera présenté à la presse à une date qui sera communiquée en temps opportun.

Au dernier point de l’ordre du jour, le Chef de file de l’Opposition a informé l’assemblée de la réception d’une correspondance du Ministre en charge de l’administration territoriale en date du 07 décembre 2016, dans laquelle il est demandé à l’Opposition de formuler des propositions pour la révision du code électoral. Les différents partis politiques ont été invités à examiner le sujet et à faire des propositions.
Débutée à 18 heures, la réunion a pris fin à 20 heures dans une ambiance toute cordiale.»

Ouagadougou, le 21 décembre 2016
Le service de communication du Chef de file de l’Opposition politique

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir