Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)

Image d'illustration (©:aouaga.com)

POLITIQUE

Le Coordonnateur du Cadre d’expression  démocratique (CED) Pascal Zaida a affirmé ce  mercredi 2 mai 2018 au cours d’une conférence de presse que le pouvoir du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), était  « incapable d’assurer la sécurité des Burkinabè ». Selon une dépêche de l’AIB, M. Zaida a de ce fait demandé au président du Faso de démissionner.

 «Le pouvoir du MPP est incapable d’assurer la sécurité des Burkinabè, d’assurer une économie équitable, d’assurer une politique sociale  acceptée…», a indiqué, M. Zaida qui s’exprimait  à l’occasion de sa  première conférence de presse, après sa détention  pour avoir osé tenir un meeting  sans le quitus de la marie. «A l’heure où nous sommes le Nord et le Sahel sont occupés par des djihadistes,  c’est vous dire  que le pays est envahi», a-t-il  fait observer.

Il a expliqué cependant que  «lorsque le président du Faso prête serment il dit qu’il va faire respecter la constitution  or la constitution dit  le Burkina Faso demeure un et indivisible».

«Deuxièmement,  le programme que le MPP a soumis à ses militants pendant la campagne présidentielle  a bien souligné qu’ils vont garantir  la sécurité pour tous les Burkinabè», a-t-il poursuivi. «Je pense que c’est clair et net que le président Roch Marc Christian Kaboré a failli à sa mission première», a martelé Pascal Zaïda, avant de prévenir : «nous sommes des démocrates par conséquent en 2020 il  ne doit pas se représenter parce que le Burkina Faso est divisé» a-t-il averti.

A entendre le coordonnateur du CED, la situation sécuritaire précaire au Burkina Faso  mérite d’être assainie en vue de la reprise des activités économiques. Car, indique-t-il, «nous assistons à une dégradation continue et inquiétante de la situation au plan économique, sociale, politique, judiciaire et sécuritaire».

Pour lui,  au lieu  d’une politique économique «réalisable  mais à la fois concrète le pouvoir s’est doté d’un plan faramineux lourd à démarrer plongeant l’économie dans une inertie totale». Il a aussi souligné que «pendant que représentant  et représenté se donnent des vacances à travers le monde,  plus de 20 mille enfants sont sans école  et des centaines d'enseignants  qui sont loin de leurs postes à cause de l'absence de l'Etat au Nord et au Sahel».

 

Source: Agence d'Information du Burkina

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir