Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé

Image d'illustration (©:aouaga.com)

POLITIQUE

Le Coordonnateur du Cadre d’expression  démocratique (CED) Pascal Zaida a affirmé ce  mercredi 2 mai 2018 au cours d’une conférence de presse que le pouvoir du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), était  « incapable d’assurer la sécurité des Burkinabè ». Selon une dépêche de l’AIB, M. Zaida a de ce fait demandé au président du Faso de démissionner.

 «Le pouvoir du MPP est incapable d’assurer la sécurité des Burkinabè, d’assurer une économie équitable, d’assurer une politique sociale  acceptée…», a indiqué, M. Zaida qui s’exprimait  à l’occasion de sa  première conférence de presse, après sa détention  pour avoir osé tenir un meeting  sans le quitus de la marie. «A l’heure où nous sommes le Nord et le Sahel sont occupés par des djihadistes,  c’est vous dire  que le pays est envahi», a-t-il  fait observer.

Il a expliqué cependant que  «lorsque le président du Faso prête serment il dit qu’il va faire respecter la constitution  or la constitution dit  le Burkina Faso demeure un et indivisible».

«Deuxièmement,  le programme que le MPP a soumis à ses militants pendant la campagne présidentielle  a bien souligné qu’ils vont garantir  la sécurité pour tous les Burkinabè», a-t-il poursuivi. «Je pense que c’est clair et net que le président Roch Marc Christian Kaboré a failli à sa mission première», a martelé Pascal Zaïda, avant de prévenir : «nous sommes des démocrates par conséquent en 2020 il  ne doit pas se représenter parce que le Burkina Faso est divisé» a-t-il averti.

A entendre le coordonnateur du CED, la situation sécuritaire précaire au Burkina Faso  mérite d’être assainie en vue de la reprise des activités économiques. Car, indique-t-il, «nous assistons à une dégradation continue et inquiétante de la situation au plan économique, sociale, politique, judiciaire et sécuritaire».

Pour lui,  au lieu  d’une politique économique «réalisable  mais à la fois concrète le pouvoir s’est doté d’un plan faramineux lourd à démarrer plongeant l’économie dans une inertie totale». Il a aussi souligné que «pendant que représentant  et représenté se donnent des vacances à travers le monde,  plus de 20 mille enfants sont sans école  et des centaines d'enseignants  qui sont loin de leurs postes à cause de l'absence de l'Etat au Nord et au Sahel».

 

Source: Agence d'Information du Burkina

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé