Aujourd'hui,
URGENT
Football: les 24 équipes qualifiées pour la CAN 2019 sont connues, le tirage prévu le 12 avril à Gizeh
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc
Burkina: lancement d’une campagne de vaccination pour contrer une épidémie de méningite dans la région de l'Est
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés

La ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille

POLITIQUE

Le Syndicat national des travailleurs de l’action sociale (Syntas) a observé une grève de 96 heures du 24 au 27 avril 2018 pour la satisfaction de leur plateforme revendicative. Dans cette déclaration qui suit, la ministre en charge de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille indique que durant la période de la grève, 65% des agents étaient à leur poste de travail.  Par ailleurs, elle réaffirme « son engagement et sa disponibilité à ouvrir les concertations avec les responsables du syndicat ».

"Suite au mouvement de grève observé par  le Syndicat national des travailleurs de l’action sociale, Madame la Ministre, soucieuse du respect du droit du grève, voudrait rassurer l’ensemble du personnel qu’elle reste ouverte à tout dialogue social. Elle salue l’esprit de service public de la majorité des travailleurs des différents démembrements du département qui ont assuré le fonctionnement des services tant au niveau central, régional que provincial.

Les statistiques recueillies sur le terrain font ressortir que 65% des agents étaient à leur poste de travail, au cours de la période de grève. Cet état de fait démontre qu’ils ont conscience que le département, eu égard à sa portée hautement humanitaire, à l’obligation d’observer en toute circonstance, la permanence des services d’assistance en faveur des groupes vulnérables. S’agissant des réponses apportées aux points de revendications, il convient de noter que le dossier des personnels des ex garderies populaires, connait un début de traitement à travers la prise en charge du dossier par le Premier Ministère.

La ministre réaffirme son engagement et sa disponibilité à ouvrir les concertations avec les responsables du syndicat."

DCPM/MFSNF

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé