Aujourd'hui,
URGENT
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 

POLITIQUE

Pour mieux comprendre les conditions de vie des jeunes du Burkina Faso, leurs aspirations profondes et leurs formes d’expression tout comme pour améliorer les stratégies d’action et de plaidoirie, l’Organisation démocratique de la jeunesse du Burkina (ODJ) a réalisé en 2014 une étude.  Le lundi 23 avril 2018 à Ouagadougou, les résultats de cette étude ont été partagés avec les hommes des médias.


Cette étude selon les conférenciers répond à deux objectifs. Le premier d’ordre théorique pour combler le vide d’information scientifique sur les conditions de vie, de travail et d’aspiration des jeunes du Burkina. «Cela veut dire qu’on a constaté un vide d’information scientifique sur les conditions de vie et de travail, de loisirs et d’aspirations des jeunes du Burkina. C’est ce qui nous a conduits à réaliser une telle étude qui nous a permis de renseigner de façon systématique ces indicateurs. Cela permet de combler un vide dans le domaine de la connaissance sur la condition sociale des jeunes du Burkina» a expliqué le président du bureau de l’ODJ, Gabin Korbéogo.

A l’écouter, ce rapport constitue un outil d’aide à la prise de décision. «L’ODJ étant une organisation de conscientisation et de lutte pour l’amélioration des conditions de vie des jeunes  de façon spécifique, nous considérons les résultats de ce rapport comme un outils d’aide à la décision, un outil de plaidoirie, de mobilisation et de lutte» a souligné M. Korbéogo.

Les résultats ont révélés des difficultés en matière d’accès à la formation, à un emploi décent, à la santé, aux loisirs, au logement, accès à la formation classique et professionnelle, autant d’éléments dépeint sur un tableau sombre par le rapport. L’étude montre que 75,25% des ménages enquêtés sont propriétaires de leur logement. Il ressort également que 48,15% de ménages urbains sont propriétaires contre 88,05% de ceux ruraux. De même, les locataires simples comptent pour 31,32% en milieu urbain contre 4,2% chez les ménages résidents ruraux. «Cela nécessite qu’on doit adresser ces préoccupations pressées des jeunes aux autorités afin qu’elles en trouvent des solutions idoines» préconise le président de l’ODJ qui estime «qu’il est important que les jeunes accèdent à des emplois pérennes mais aussi décent».

L’ODJ pointe un doigt accusateur sur les autorités en ce qui concerne la mauvaise condition de vie et de travail des jeunes. «Elles ont le devoir et l’obligation de pouvoir trouver des emplois décents, des formations de qualités aux jeunes», martèle M. Korbéogo.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé