Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le flambeau du 11-décembre a été transmis à Tenkodogo, ville hôte de la célébration de l'indépendance en 2019
Centrafrique: arrestation en France de Patrice-Edouard Ngaïssona, ex-chef anti-balaka en RCA
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)
Migration: le pacte de l’ONU sur les migrations adopté à Marrakech
11-Décembre: "L'occasion de rendre hommage à notre peuple travailleur et de saluer la mémoire des bâtisseurs de notre nation." (Roch Kaboré)
Royaume-Uni: Theresa May annonce au Parlement le report du vote sur l'accord de Brexit
RDC: Joseph Kabila n'exclut pas de se représenter en 2023 (RFI)
Burkina: l'abbé Théophile Naré nommé nouvel évêque du diocèse de Kaya par le Pape François ce 7 décembre 2018 (Officiel) 
Tchad: huit ans de prison pour l’ex-chef rebelle tchadien Baba Laddé
France: les hausses de taxe sur les carburants «annulées pour l'année 2019»

POLITIQUE

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a tenu un conseil de cabinet ce jeudi 19 avril 2018 sur le rapport de mission dans le sahel et le Nord du Burkina. Aux termes de cette rencontre, le professeur Stanislas Ouaro, ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, a laissé entendre que des mécanismes sont en vue pour la réouverture des écoles fermées pour raisons d’insécurité dans cette région.

Depuis quelques mois, plus de 200 écoles situées dans la partie Nord du Burkina ont fermé leurs portes, après que les enseignants apeurés par les menaces des terroristes ont préféré rester chez eux. Après la mission dont le rapport a été restitué au chef du gouvernement, il ressort qu’avant la situation de Bouro, il y avait 216 établissements fermés dont 60 dans la région du Nord soit 20.000 élèves et 895 enseignants hors des classes.

Après ce conseil de cabinet, Stanislas Ouaro a rassuré que des mécanismes et des actions ont été mises en œuvre pour permettre la reprise des cours. «Vu le délai imparti par rapport aux examens, des cours accélérés seront administrés à cet effet», rassure le ministre. Pour le premier responsable de ce département ministériel, le traumatisme n’est pas seulement qu’au niveau des élèves mais aussi des enseignants. Des instructions ont été donc données au ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille de mettre en œuvre des actions de prise en charge psychologique des élèves, enseignants et fonctionnaires concernés.

Toutefois, le ministre Ouaro affirme qu’aucun enseignant n’a démissionné. «Il y a des départs dues aux conditions de sécurité et c’est cela qui a occasionné les fermetures des classes. Et c’est ce travail que nous sommes entrain de faire pour que les choses reprennent et de faire en sorte aussi à travers certaines actions, afin de permettre aux élèves en classe d’examen de composer sereinement», a ajouté le Mena.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir