Aujourd'hui,
URGENT
Comores: Azali Assoumani réélu président dès le 1er tour selon la Céni avec 77% des voix ; l'opposition conteste le résultat (RFI)
Burkina: une production record de 52, 662 tonnes d’or en 2018 (Officiel)
Algérie: le chef de l'armée demande à ce que le président Bouteflika soit déclaré inapte (RFI)
Burkina: le Syndicat de la santé humaine et animale en grève de 48 h à compter du 17 avril 2019 (préavis)
Brexit: Theresa May perd le contrôle de la Chambre des communes
Soum: un passager blessé dans un attentat à la mine (AIB)
Football: les 24 équipes qualifiées pour la CAN 2019 sont connues, le tirage prévu le 12 avril à Gizeh
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc

POLITIQUE

Repris ce lundi 26 mars 2018 aux environs de 8h 40 minutes, le procès du putsch manqué a de nouveau été suspendu pour reprendre à 16 heures. Le tribunal a entamé l’examen des mémoires et observations préliminaires déposées le jeudi dernier par les avocats de la défense.

Le tribunal a rejeté toutes les exceptions et les observations préliminaires faites par les Conseils de la défense. Outre cela, le tribunal, concernant la récusation formulée contre Seydou Ouédraogo, président du tribunal et son conseiller Emmanuel Konane, a estimé qu’il ne lui appartenait pas de se prononcer sur la compétence des juges de sièges. Par conséquent, il s’est déclaré incompétent. 

Par ailleurs, les avocats de la défense sont revenus à la charge en déposant deux nouvelles requêtes, l’une auprès de la Cour de Cassation et l’autre devant la Cour d’appel de Ouagadougou afin de demander l’incompétence du président du tribunal et de son conseiller. Les conseils estiment que le tribunal de ce fait devrait suspendre le jugement dans l’attente de la décision de la Cour d’appel et de la Cour de cassation.

A ce sujet, le parquet et les avocats de la partie civile estiment qu’il n’appartient à la défense d’informer le tribunal de la saisine de la Cour d’appel mais c’est à la Cour elle-même de notifier cette requête au tribunal.

Outre cela, les avocats de Gilbert Diendéré ont demandé la nullité de toute la procédure engagée depuis 2015 car de leurs avis, les enquêtes menées par les officiers de police judiciaire (OPJ) ont violé les lois en vigueur. Pour preuve, Me Mathieu Somé a indiqué que les droits de son client ont été violés car une perquisition s’est déroulée dans le  domicile de Gilbert Diendéré sans qu’il ne soit là ou représenté. Il n’a pas aussi assisté à la mise sous scellés des objets saisis à son domicile. L’avocat estime également qu’une puce téléphonique a été perdue et une somme d’argent disparue à l’issue de la perquisition.

Me Prospère Farama, l’un des avocats de la partie civile, tout en niant pas l’existence d’entorse à la procédure estime que cela ne devrait pas être nature à paralyser la procédure. 

Sur ces nouvelles exceptions, le tribunal a décidé de suspendre l’audience afin de délibéré. Elle reprendra ce lundi même à 16 heures.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé