Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018
Ouagadougou: une formation tactique entraînera «des explosions bruyantes» le jeudi 15 novembre (ministère de la sécurité)

POLITIQUE

Roch Marc Christian Kaboré a reçu en audience ce vendredi 16 mars 2018 Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères. Selon l’hôte du jour, sa venue à Ouagadougou s’inscrit dans le cadre de la consolidation des liens entre le Burkina Faso et la France, notamment en ce qui concerne la lutte contre le terrorisme.

Deux semaines après le double attentat qui a ciblé l’Etat-major général des armées et l’ambassade de France, Jean-Yves Le Drian est venu à Ouagadougou, pour exprimer dit-il la « solidarité et les condoléances » du peuple français, à l’endroit de la nation burkinabè.

Par ailleurs, il était également question pour le ministre français de réaffirmer la volonté de son gouvernement à apporter la réponse qui sied aux actes terroristes. Et selon lui, « la riposte aux attentats terroristes demeure le renforcement de nos liens ». Poursuivant dans ses propos, M. Le Drian soutient que le discours sur l’Afrique prononcé par le président français depuis l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki Zerbo, n’était pas le fait du hasard. Il s’agissait en effet, « d’une volonté affirmée d’avoir avec le Burkina un lien spécifique »

Toutefois, il confie que cette riposte à laquelle il fait allusion, prend en compte le renforcement de la force conjointe du G5 Sahel. A ce niveau, pour Jean-Yves Le Drian, il faudrait « multiplier » les initiatives, d’autant plus que l’on fait face à un terrorisme qui est « à la fois un terrorisme idéologique, de radicalisme islamiste. Mais c’est aussi un narco terrorisme. C’est aussi un terrorisme des trafics. Les uns se confortant avec les autres, dans une spirale qui peut être parfois dramatique ».

Et pour venir à bout de ces différentes formes de terrorisme, Le Drian estime que le combat doit être mené en commun et en synergie.  A l’en croire, cet objectif commun renforce par ailleurs la relation spécifique entre les deux pays. 

Cependant, la lutte va au-delà des frontières du Burkina Faso, c’est la raison pour laquelle qu’avec Alpha Barry,  son homologue burkinabè, M. Le Drian s’est rendu un peu plutôt dans la matinée à Niamey pour voir « comment on pouvait poursuivre ensemble ce combat ». « nous sommes dans cette relation à la fois confiante et amicale mais aussi offensive ».    

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir