Aujourd'hui,
URGENT
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019

POLITIQUE

Roch Marc Christian Kaboré a reçu en audience ce vendredi 16 mars 2018 Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères. Selon l’hôte du jour, sa venue à Ouagadougou s’inscrit dans le cadre de la consolidation des liens entre le Burkina Faso et la France, notamment en ce qui concerne la lutte contre le terrorisme.

Deux semaines après le double attentat qui a ciblé l’Etat-major général des armées et l’ambassade de France, Jean-Yves Le Drian est venu à Ouagadougou, pour exprimer dit-il la « solidarité et les condoléances » du peuple français, à l’endroit de la nation burkinabè.

Par ailleurs, il était également question pour le ministre français de réaffirmer la volonté de son gouvernement à apporter la réponse qui sied aux actes terroristes. Et selon lui, « la riposte aux attentats terroristes demeure le renforcement de nos liens ». Poursuivant dans ses propos, M. Le Drian soutient que le discours sur l’Afrique prononcé par le président français depuis l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki Zerbo, n’était pas le fait du hasard. Il s’agissait en effet, « d’une volonté affirmée d’avoir avec le Burkina un lien spécifique »

Toutefois, il confie que cette riposte à laquelle il fait allusion, prend en compte le renforcement de la force conjointe du G5 Sahel. A ce niveau, pour Jean-Yves Le Drian, il faudrait « multiplier » les initiatives, d’autant plus que l’on fait face à un terrorisme qui est « à la fois un terrorisme idéologique, de radicalisme islamiste. Mais c’est aussi un narco terrorisme. C’est aussi un terrorisme des trafics. Les uns se confortant avec les autres, dans une spirale qui peut être parfois dramatique ».

Et pour venir à bout de ces différentes formes de terrorisme, Le Drian estime que le combat doit être mené en commun et en synergie.  A l’en croire, cet objectif commun renforce par ailleurs la relation spécifique entre les deux pays. 

Cependant, la lutte va au-delà des frontières du Burkina Faso, c’est la raison pour laquelle qu’avec Alpha Barry,  son homologue burkinabè, M. Le Drian s’est rendu un peu plutôt dans la matinée à Niamey pour voir « comment on pouvait poursuivre ensemble ce combat ». « nous sommes dans cette relation à la fois confiante et amicale mais aussi offensive ».    

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé