Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)
Mali: Boubou Cissé nommé Premier ministre
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 

POLITIQUE

Le cyber activiste Naïm Touré aurait été convoqué par les gendarmes dans l’après-midi du lundi 12 décembre 2016, «pour affaire le concernant». A la brigade de gendarmerie de Bendogo, à Ouagadougou, où il s’est rendu, il a été placé en garde à vue pour divulgation de secret militaire. Selon le tribunal militaire, il a été remis en liberté ce mardi.

 

 

 

On lui reprocherait d’avoir donné l’information selon laquelle le sergent-chef Moussa Nébié dit Rambo, soldat de l’ex Régiment de la sécurité présidentielle récemment extradé par la Côte d’Ivoire, a brièvement été hospitalisé à la suite d’un malaise.

 

Interrogé ce mardi par Wat FM, son avocat, Me Prospère Farama a expliqué : «Le MBDHP (Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples, Ndlr) m’a saisi et hier soir je suis allé rencontrer M. Naïm à la brigade où il était détenu pour m’assurer qu’il était bien traité et signifier à la gendarmerie que j’avais été désigné pour l’assister donc pour toute audition, j’ai prié d’en être informé. Mais il avait déjà été auditionné et entendu par le commandant de brigade. Ce matin j’entends y repasser et nous verrons la suite qu’ils donneront à ce dossier. S’il doit aller en justice, nous irons, et nous verrons quelle est l’infraction qui lui est reprochée. Pour moi, je le dis, c’est du n’importe quoi.»

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé