Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

POLITIQUE

Le président du Faso a eu dans le cadre de la célébration de la 161e journée internationale de la femme, un dialogue direct avec les femmes du Burkina venues des 13 régions du pays. Les échanges ont eu lieu dans l’enceinte du palais des sports de Ouaga 2 000 avec la présence des membres du gouvernement. 

Le nouveau gouvernement remanié le 31 janvier dernier compte 6 ministres femmes (3 ministres pleins, 1 ministre délégué et 2 secrétaires d’Etat) sur 33 soit un taux de 18,18%. Ce jeudi 8 mars 2018, le président du Faso à l’issue du dialogue direct avec les femmes s’est engagé à augmenter la participation des femmes à la gouvernance. Il a pris l’engagement que le nouveau gouvernement à venir sera constitué de 30% de femmes comme le stipule la loi sur le quota genre. Aussi il a indiqué mettre tout en œuvre pour que la participation de la femme puisse s’améliorer au niveau des postes électifs et nominatifs dans les administrations publiques.  « La loi sur le quota genre est notre talon d’Achille. Elle doit être revue, être plus contraignante, afin qu’elle soit respectée. Je prends l’engament de respecter le quota de 30% dans le gouvernement, si non plus, s’il y a un prochain remaniement » a t-il dit.

La réflexion de cette édition de la commémoration de la journée internationale de la femme était placée sous le thème : « la participation de la femme à la gouvernance : état des lieux, défis et perspectives »

« Nous devons travailler à rendre effectif et à promouvoir les droits de la femme dans tous les domaines. Il est clair que les défis sont importants, nous ne pouvons pas tous embrasser en même temps mais je peux vous garantir que nous ferons en sorte de donner les moyens pour que ces actions qui sont déjà engagése soient décupler de manière à permettre d’aller vite et bien » a indiqué le chef de l’Etat.

Selon le quotidien Sidwaya qui en fait la synthèse, au-delà de la problématique de l’inclusion à la gestion du pouvoir, les femmes ont exposé leurs préoccupations majeures au président. Et chaque responsable de région a adressé quatre priorités. De façon générale, les préoccupations de ces  femmes du Burkina sont liés entre autres à l’accès à la terre, l’abandon des pratique comme l’excision, le mariage forcé et rapt, l’accès au financement, la scolarisation et la formation professionnelle, l’équipement en technologies adéquates pour la transformation des produits locaux et l’amélioration des plateaux techniques des centres de santé pour la prise en charge des maladies telles  la fistule et le cancer. Les femmes exerçant dans l'entrepreneuriat ont souhaité que des dispositions soient prises pour accompagner l’entrepreneuriat féminin tout en facilitant l’accès des femmes au crédit.

Réagissant aux doléances de l’autre moitié du ciel, le président du Faso a promis qu’il relèvera substantiellement le budget du ministère en charge de la femme et le fonds d’appui aux activités rémunératrices des femmes sera placée sous la tutelle technique dudit ministère et des dispositions seront prises pour faciliter l’octroie de crédits aux femmes.  Quant à l’accès aux terres, le président du Faso a fait savoir  que 25 à 30% des terres aménagées par l’Etat, dont le barrage de Samandéni, seront réservées aux femmes.  Et pour un suivi des engagements, il a souhaité qu’un bilan soit fait trimestriellement sur l’état des avancements des différentes actions.

L’autre pan de cet échange direct a été l’installation des présidents des délégations consulaires régionales comme parrains régionaux pour accompagner les femmes dans leurs initiatives d’une part et d’autre part la décoration d’une vingtaine de personnes  qui se sont engagées  par leurs actions à soutenir la cause féminine.

Sources: Sidwaya/RTB

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir