Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la CS-MEF reconduit son mot d’ordre de grève du 25 au 29 juin 2018
Indonésie: le prédicateur extrémiste Aman Abdurrahman condamné à mort (RFI)
RDC: les Etats-Unis annoncent des sanctions contre des officiels congolais
Ouagadougou: plus de 200 blogueurs et web-activistes venus d’une quarantaine de pays sont actuellement en sommet du 22 au 23 juin
Burkina: le président du Faso a décidé d'institutionnaliser le Forum national des personnes vivant avec un handicap
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti

POLITIQUE

En marge de sa première session de l’année 2018, le groupe parlementaire MPP a animé une conférence de presse ce mardi 6 mars 2018 à Ouagadougou. L’objectif était de décliner le thème central de cette session et de revenir sur la situation nationale.

«Problématique de l’insécurité et de l’incivisme : quel regard et quel apport du groupe parlementaire MPP», c’est autour de ce thème que les députés du Mouvement du peuple pour le progrès (parti au pouvoir) tient sa première session de l’année à Dori dans le Nord du Burkina. « Notre pays a mal à sa citoyenneté si bien que les actes d’incivisme que nous vivons au quotidien sont de plus en plus préoccupantes. A cela s’ajoute la situation d’insécurité qui hélas s’est accentuée», fait remarquer Lassina Ouattara, président du groupe parlementaire MPP. Les parlementaires du MPP, voudraient à l’entame de cette première session de l’année qui se tiendra du 16 au 18 mars prochain, en faire une préoccupation majeure.

Cette session du MPP s’ouvrira au moment où les forces-vives de la nation seront en conclave sur les conditions de rémunération des agents de l’Etat. Le MPP salue la tenue de cette concertation et espère des propositions et recommandations en phase avec le Plan national de développement économique et social (PNDES).

Contrairement aux opinions qui veulent restreindre la conférence nationale sur la problématique du système de rémunération des salariés du public à un cadre ordinaire de négociations entre employeurs et employés, le MPP pense que cette conférence est de portée majeure pour la nation et que chaque composante à son mot à dire. «L’Etat n’est pas un employeur quelconque qui peut se permettre tout avec l’argent de toute la nation. Pour une fois, ce cadre est ouvert à tous et toute la nation doit participer à la prise de décisions la concernant. Il faut donc aller au débat et ne pas regarder la question avec une indifférence», a laissé entendre Lassina Ouattara.

Sur le procès du putsch manqué de septembre 2015, les conférenciers ont émis le souhait que le procès (ouvert le 27 février 2018 puis suspendu) reprenne le plus rapidement possible pour un début de réconciliation nationale. «Nous attendons tous que le droit soit dit à propos de cette ténébreuse affaire de coup d’état de septembre 2015. Que la vérité et la justice triomphent et que les coupables répondent indéniablement de leurs actes», a indiqué le député Ouattara. Le parlementaire interpelle d’ailleurs la justice pour le traitement diligent de tous les dossiers pendants à son niveau.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir