Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé
Burkina: l'Assemblée nationale va financer la construction du siège du CFOP (Alassane Bala Sakandé)
Aéronautique: Airbus annonce la fin de la production de son géant des airs, l'A380
Football: Salitas FC et l'Etoile sportive du Sahel font un nul (0-0) à l'issue de la 2e journée de la Coupe de la Confédération 
Kenya: un léopard noir d'Afrique a été pris en photo, une première depuis un siècle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré va présenter sa déclaration de politique générale le lundi 18 février devant les députés
CAN U20: le Sénégal vainqueur de l'Afrique du sud (1 à 0) jouera la finale contre le Mali qui a éliminé le Nigéria

POLITIQUE

Ceci est une déclaration du Chef de file de l'opposition politique du Burkina Faso sur les violences dans l'arrondissement 8 de Ouagadougou. Au cours de ces violences, des biens et domiciles appartenant à des opposants ont été incendiés par des militants supposés du parti au pouvoir.

 

«Dans l’après-midi du mardi 06 décembre 2016, suite au vote d’une motion de défiance contre le maire MPP de l’arrondissement 8 de Ouagadougou, M.  Mahamadi ZONGO,  des individus armés ont saccagé et incendié des domiciles de conseillers municipaux dudit arrondissement. Ces individus, connus dans l’arrondissement comme étant des  proches du maire, ont notamment incendié le domicile du conseiller Stéphane BAYALA, qui est l’un des deux conseillers municipaux appartenant à l’opposition. Ils ont menacé les militants et la famille du camarade BAYALA à coups d’armes à feu et avec des machettes, avant de saccager et d’incendier son domicile au quartier Rimkèta.

L’Opposition politique condamne vigoureusement la violence politique d’où qu’elle vienne et  quelles que soient les personnes contre qui elle est dirigée. Elle tient à exprimer son indignation face à l’incivisme et à l’esprit de haine qui animent certains militants du MPP. Elle invite prestement les premiers responsables du MPP  à discipliner leurs  militants qui s’illustrent fréquemment aux devants des scènes de violences politiques. 

L’Opposition exprime également sa colère face à la manière dont les autorités administratives et sécuritaires ont géré cette crise.

En effet, des alertes ont  été envoyées aux autorités sécuritaires par des conseillers municipaux plusieurs jours auparavant. Le samedi 03 décembre, des responsables MPP de l’arrondissement, accompagnés de personnes ressources, se sont rendus auprès de la Brigade de Gendarmerie de Boulmiougou, pour l’informer que les partisans du maire se préparaient à perpétrer des actes de violence contre les conseillers opposés à lui et à empêcher que la rencontre ait lieu. Des assurances leur ont  été données que des dispositions appropriées seraient prises.

Ensuite, le lundi 05 décembre, lors de la session de conciliation organisée et présidée par le Haut-Commissaire du Kadiogo en ses bureaux, les conseillers ont plaidé pour que les travaux de la séance prévue le lendemain soient  délocalisés au haut-commissariat, à cause des menaces qui planent sur leur sécurité. Le haut Commissaire y a consenti et la rencontre a été délocalisée. Au cours de la même session de conciliation, des conseillers ont publiquement demandé au Maire Mahamadi ZONGO de démobiliser  ses partisans qui profèrent des menaces contre eux.

Les risques de confrontation étaient donc connus des autorités administratives et sécuritaires, tout comme les  menaces qui planaient sur les conseillers opposés au maire. Comment expliquer que  rien n’ait  été mis en œuvre pour éviter ce qui s’est passé ?

Ce dernier  épisode de violence politique de la part du parti au pouvoir vient s’ajouter à une liste déjà tristement longue de comportements, émanant de ses militants, qui n’honorent pas notre démocratie et qui sont aux antipodes de l’esprit de tolérance et d’acceptation des  différences qui a toujours caractérisé la démarche de l’Opposition politique.

Il est temps que ces comportements barbares cessent! L’opposition politique attend de ceux  qui nous gouvernent, qu’ils démontrent par des actes concrets,  qu’ils veulent vraiment que la violence soit éradiquée de notre vie politique.

Dans tous les cas, l’opposition politique maintiendra la pression pour que les auteurs de ces actes odieux, comme ceux des actes odieux similaires qui ont entaché récemment notre vie démocratique, soient poursuivis et châtiés conformément à la loi.

Le Chef de file de l’Opposition est allé témoigner de sa compassion à toutes les victimes des agressions ce mercredi 07 décembre.»

Ouagadougou, le 07 décembre 2016

Zéphirin DIABRE

Chef  de file de l’Opposition politique

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé