Aujourd'hui,
URGENT
Fespaco 2019 : le gouvernement burkinabè octroie un milliard de francs CFA pour accompagner les cinéastes burkinabè
Ouagadougou: un policier de l’UIP-PN tué par des individus armés non identifiés
Diplomatie: le Burkina Faso rompt ses relations diplomatiques avec Taiwan (Officiel)
Burkina: 18 organisations syndicales dénoncent «une violation des libertés syndicales».
Sport: la 10e édition de Altitude Nahouri se tiendra le 23 juin 2018 à Po, province du Nahouri
Italie: Giuseppe Conte désigné chef du gouvernement
Burkina: la bande de terroriste démantelée  avait pour objectif d'attaquer de cibles importantes de la capitale courant juin 2018 
Ragnongo: le Burkinabè Abdoulaye Sawadogo «Abdallah», cerveau présumé de la bande de terroriste démantelée le 22 mai 2018
Ragnongo: les présumés terroristes détenaient 28 chargeurs pour fusil AK47 et 1097 cartouches (Procureur du Faso) 
Guinée: Ibrahima Kassory Fofana nommé Premier ministre (RFI)

POLITIQUE

Au cours de la conférence de presse du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) tenu ce jeudi, l’ex ministre de la Fonction publique, Clément Sawadogo, par ailleurs 2e vice président du parti, a donné de plus amples informations sur la problématique d’une remise à plat des salaires des agents de la fonction publique. 

Pour Clément Sawadogo,  il ne s’agit pas d’une remise à plat des salaires mais plutôt d’engager une discussion sur le système de rémunération des agents de l’Etat. De ses explications, il ressort que les discussions vont concernées tous les acteurs du pays pour qu’ils puissent de concert trouver des solutions qui mettront fin aux différents débrayages liés au statut et aux salaires.

Par conséquent, poursuit-il, «s’il y a une remise à plat, elle doit découler de la discussion elle-même. Le diagnostic sera établi des discussions qui auront lieu au sein de l’instance qui sera convoquée à cet effet et ce sont ces discussions qui permettront de dire s’il faut une remise à plat ou pas».  

A l’écouter, le gouvernement ne part dans cette réflexion avec une proposition toute faite. «Il n’y a aucune présomption en la matière. Donc, c’est une discussion qui sera ouverte. Ceux qui ont des avantages exorbitants par rapport aux autres auront la possibilité de justifier pourquoi ils doivent être mieux considérés que les autres. Et ceux qui sont moins bien rémunérés auront la même possibilité de donner les raisons qu’ils ne soient pas moins rémunérés que les autres (…). C’est une question qui concerne toute la nation et toutes les composantes du peuple seront conviées à cette réflexion» a-t-il confié.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Le gouvernement annonce la tenue régulière du conseil des ministres dans les différentes régions du Burkina. Selon vous, c'est une décision:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé