Aujourd'hui,
URGENT
Football: Salitas FC se qualifie pour la phase de poule de la Coupe de la confédération Caf en battant Al Nasr (3-1)
Orodora: 5 morts dans un affrontement entre la police et des jeunes 
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»
Burkina: le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso qui l'a accepté
RDC: l'Union africaine demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats
Justice: la CPI ordonne le maintien en détention de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo
Colombie: au moins 21 personnes ont été tuées et dix autres blessées  dans un attentat à la voiture piégée, à Bogota
Yémen: les observateurs de l'ONU cibles de tirs à Hodeïda, ils sont sains et saufs, selon les Nations unies (RFI)

POLITIQUE

Le président de Le Faso Autrement, Ablassé Ouédraogo, considère, dans cette tribune, que le dernier remaniement gouvernemental au Burkina Faso est un non évènement, en ce sens que, selon lui, le Chef de l’Etat et son Premier Ministre n'ont procédé qu'au jeu de chaises musicales dans ce remaniement.

«Le dernier remaniement du gouvernement Thiéba intervenu le 31 janvier 2018 est un non évènement. Le peuple burkinabè vit une situation extrêmement difficile tant sur le plan sécuritaire, que sur le plan socio-économique.

Cette situation n'épargne aucune couche sociale. Les Burkinabè avaient tous eu l’espoir de croire que le Chef de l'État les avait compris et pris la mesure des réelles difficultés de la nation, et surtout qu'il constituerait une équipe gouvernementale à même d'apporter des solutions à leurs difficultés et de répondre à leurs profondes aspirations.
 
La désillusion est totale et générale puisque malheureusement, le Chef de l’Etat et son Premier Ministre n'ont procédé qu'au jeu de chaises musicales dans ce remaniement. Les intérêts partisans et les arrangements de chapelle ont été une fois encore plus importants que ceux du peuple souverain, qui pourtant leur a confié son pouvoir.
 
Nous prenons acte tout simplement et appelons les filles et fils du Burkina Faso à rester vigilants et attentifs à l’action de cette équipe gouvernementale par rapport aux préoccupations qui nous sont chers à tous, peuple valeureux et intègre du Burkina Faso: les conditions socio-économiques et sécuritaires, une justice équitable et un avenir meilleur. Chacun d’entre nous devra en toute âme et conscience, savoir tirer les conséquences qui s’imposeront le moment venu.
 
Pour notre part, nous restons attachés à la réconciliation nationale, une impérieuse nécessité pour le Burkina Faso, que nous appelons de tous nos vœux et à laquelle nous convions toute la classe politique nationale et toute la nation.»

«Rien n’arrête une idée arrivée à son heure»

OUAGADOUGOU, le 01 février 2018
Le Président
Dr Ablassé OUEDRAOGO   

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé