Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays
Vatican: l'archevêque salvadorien assassiné Oscar Romero et le pape Paul VI canonisés (RFI)
Francophonie: le français, 5e langue parlée dans le monde avec 300 millions de locuteurs (RFI)
Turquie: le pasteur américain Andrew Brunson a été libéré
Burkina: le Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) appelle à « l’union sacrée pour la défense de la patrie »
OIF: la Rwandaise Louise Mushikiwabo désignée secrétaire générale par concensus
Espace: Atterrissage d'urgence d'une capsule Soyouz après un problème au décollage, les deux astronautes sortent indemnes (RFI)
Burkina: la famille du Dr Eliott captif depuis 1000 jours  lance un appel à ses ravisseurs
Diplomatie: Julie Payette, Gouverneure générale du Canada effectuera une visite d'Etat au Burkina Faso du 23 au 26 Octobre 2018
Mali: poursuite de la grève illimitée des magistrats après 11 semaines de débrayage

POLITIQUE

Les membres du nouveau gouvernement Paul Kaba Thiéba III ont eu une séance de prise de contact ce jeudi 1er février 2018 au palais de Kosyam avec le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré en compagnie du chef du gouvernement, Paul Kaba Thiéba. La nouvelle équipe gouvernementale a pour mission de poursuivre avec perspicacité la mise en œuvre réussie du Plan national du développement économique et sociale (PNDES).

Longtemps attendu, le remaniement du gouvernement est tombé dans la soirée du mercredi 31 janvier 2018. Sept ministres quittent le navire contre neuf qui signent leur rentrée dont 8 qui n’ont jamais exercé de fonction ministérielle. 

La séance de prise de contact de ce matin selon le chef du gouvernement avait pour objectif de donner à chacun des ministres la feuille de route générale. Ils ont été invités à travailler davantage afin de mériter la confiance du chef de l’Etat.

« Ce remaniement a été essentiellement mis en œuvre pour des raisons d’efficacité. L’année 2018 est une année charnière, une année extrêmement importante. Il nous faut à la fois tirer les enseignements de deux années de gouvernement. Il nous faut également consolider les acquis. Il nous faut également accélérer la mise en œuvre des réformes, des chantiers inscrits dans le PNDES et dans le programme présidentiel. Cela va demander de la part de chacun de nous, plus d’engagement dans le travail, plus d’organisation dans la méthode de travail. Il faudra plus de dextérité et d’efficacité dans la communication gouvernementale et plus de proximité avec les populations burkinabè » a indiqué le Premier ministre Paul Kaba Thiéba.

Par ailleurs, le chef du gouvernement a expliqué les raisons de ce remaniement. Pour ce dernier, vu le contexte, il paraissait judicieux d’apporter du « sang neuf » à l’équipe gouvernementale. Pour ce faire, il a noté l’entrée de jeunes ministres technocrates pour apporter « du dynamisme, un nouvel élan et de la vitalité » aux actions gouvernementales.   Pour parachever cette nouvelle équipe, le Premier ministre a fait mention du réajustement qui a consisté à la création d’un ministère plein en charge de l’intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur et le poste du ministre d’Etat auprès du président du Faso.

En effet, l’un des changements majeurs de ce gouvernement Thiéba III est la nomination de Simon Compaoré, précédemment ministre d’Etat en charge de la Sécurité au poste de ministre d’Etat auprès de la présidence du Faso. Pour le chef de la Primature, cela n’est aucun cas une mise à l’écart. « Au coté du président du Faso comme ministre d’Etat, le ministre Simon Compaoré pourra mettre toute son expérience au service du président du Faso afin qu’il puisse lui confier le cas échéant, des missions spécifiques. Le ministre d’Etat pourra également de par ses avis donner des éclairages importants lors des séances du Conseil des ministres sur des sujets divers ». 

En ce qui concerne la création d’un ministère plein en charge de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, Paul Kaba Thiéba expliquera que son érection a pour but de concrétiser les promesses du chef de l’Etat qui voulait confier la gestion des préoccupations des Burkinabè de l’extérieur à un ministère spécifique.

In fine, Paul Kaba Thiéba a demandé aux Burkinabè «  de garder confiance à l’avenir » car ce nouveau gouvernement est déterminé à sortir le Burkina Faso de la pauvreté par une action continue sur les secteurs prioritaires. Pour que son gouvernement puisse réussir sa mission, il a appelé les  Burkinabè à la paix et à la cohésion sociale.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé