Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l‘économiste Abdallah Hamdok, ancien collaborateur des Nations unies, a prêté serment comme Premier ministre
Mali: 5 morts dans l'attaque d'un convoi militaire au centre du pays
Burkina: les cinq militaires portés disparus suite à l'attaque de Koutougou ont été retrouvés "tous vivants" (Armée nationale)
Kampti (Poni): 7 morts dans des éboulements de mines d’or artisanales
Etats-Unis: le FMI critique ouvertement la politique commerciale de Donald Trump
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)

POLITIQUE

Après plusieurs tractations, entre l’ensemble des syndicats de la santé et le gouvernement, la « fumée blanche » est sortie du Premier ministère dans la nuit de ce 31 janvier 2018. Les différentes parties se sont félicitées d’être parvenues à un dénouement de cette grogne sociale des agents de la santé. Selon elles, cet accord permettra un renouveau du système sanitaire.   

C’est désormais officiel, la grille salariale des agents de la santé connaitra une augmentation de 20%. C’est en partie ce qui ressort du protocole d’accord signé entre le gouvernement et les syndicats de la santé. Pour le chef du gouvernement, c’est le résultat d’un travail sans relâche effectué par toutes les parties. « Ce protocole est très important parce qu’il permettra d’opérationnaliser la loi sur la fonction publique hospitalière », a indiqué Paul Kaba Thiéba. Selon lui, cette loi apportera « un souffle nouveau, une nouvelle dynamique » au système de santé.  

Pour lui, il s’agit d’un « accord équilibré » qui va motiver le personnel concerné et qui permettra ainsi d’obtenir des soins de qualités, des soins hospitaliers beaucoup plus performants que par le passé. C’est également ce qui ressort des propos des agents de la santé, par l’entremise de Hamadi Konfé du Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (Syntsha). Ce dernier estime que cette signature de l’accord constitue une avancée pour la fonction publique hospitalière.   

Par ailleurs, ces responsables syndicaux souhaitent que des actions concrètes suivent cet acte. «Nous osons croire que ce n’est pas un protocole d’accord de plus. Parce qu’il y en a tellement, qui sont en attente d’être exécutés », a indiqué M. Konfé. Toutefois et à en croire celui-ci, il est question d’un « consensus » avec tous les partenaires sociaux et les différents ministères. 

Cependant, il ne s’empêche pas de prévenir, « c’est bien qu’on soit parvenu à signer ce protocole d’accord sur les grilles salariales et les grilles indemnitaires de la fonction publique hospitalière. C’est bien à préciser parce que c’est seulement sur ces projets, que nous avons signé l’accord. (…) Nous sommes à présent dans l’attente de son application. Mais disons que ça ne vient pas résoudre tous les problèmes ».

A propos de l’accord, la grille salariale connaitra une augmentation de 20%. Et avec le gouvernement, les syndicats ont  concédé que cela s’effectue en deux tranches ; à savoir 10% pour l’année 2018 et également 10% pour 2019. Au niveau indemnitaire, il en sera de même pour ce qui est du procédé. Mais ici, il est question de 50% pour chaque année. La grille indemnitaire prend en compte la situation géographique, la formation spécialisée et les risques de contamination. Par ailleurs, à propos de l’augmentation de l’indemnité de garde, elle est opérationnelle depuis janvier 2018.

Tout en se réjouissant de cet accord au nom du gouvernement, Paul Kaba Thieba a réaffirmé l’ambition de son équipe. Laquelle ambition est de « parvenir à travers le dialogue social, à toujours trouver des compromis avec les acteurs sociaux ». Cependant, l’ensemble des syndicats de la santé, n’entendent pas baisser les bras. C’est à juste titre que Hamadi Konfé, affirme que si la partie gouvernementale ne respecte son engagement, « nous allons aviser et décider de la conduite à tenir ».   

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé