Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 
5e RGPH: la ministre en charge de la famille, Laurence Ilboudo plaide pour un recensement exhaustif des personnes en situation de  handicap
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record

POLITIQUE

Le procès du général Gilbert Diendéré et 83 autres personnes soupçonnées d’avoir trempé dans le putsch de l’ex Régiment de sécurité présidentielle contre les autorités de la transition en septembre 2015 débute le 27 février 2018 selon un communiqué du procureur militaire, Alioun Zanré.

Ce procès ouvert au public, se tiendra dans la salle de banquet de Ouaga 2000. M. Diendéré et ses coaccusés sont poursuivis pour attentat à la sureté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires, dégradation volontaire de biens appartenant à autrui, trahison, incitation à commettre des actes contraires au règlement et à la discipline militaire, violence et voies de fait sur autrui, ou de complicité de ces infractions.

En septembre 2015, alors que le président de la transition, Michel Kafando, son premier ministre Yacouba Zida, et des membres du gouvernement étaient séquestrés, Gilbert Diendéré avait pris la tête du Conseil national pour la démocratie (CND), la junte qui prétendait mettre fin à la transition dirigeant le pays depuis la chute en octobre 2014 de Blaise Compaoré, renversé par un soulèvement populaire.

Lors des manifestations contre les putschistes qui avaient suivies, une quinzaine de personnes ont été tuées. 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé