Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

POLITIQUE

Le dossier du putsch connait un nouvel épilogue. En effet, ce vendredi 29 décembre 2017, des décisions ont été prises par la Chambre de contrôle du tribunal militaire de Ouagadougou. Si le Général Gilbert Diendéré est maintenu en détention, il en est tout autre chose pour Eddie Komboigo, Léonce Koné et la journaliste Caroline Yoda. Ces derniers cités bénéficient d’un non-lieu.

Selon l’avocat du président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), son client a été «totalement blanchi». A en croire Me Issouf Kabré, tout laisse à croire qu’«on a essayé par tous les moyens de le mettre dans cette affaire de putsch.».

Eddie Komboigo bénéficiait d’une liberté provisoire, après avoir séjourné  à la Maison d’arrêt et de correction des armées (Maca).

Dans une ordonnance du 24 juillet dernier, le juge d'instruction en charge du dossier du coup d'Etat avorté de 2015 préconisait le «non-lieu» pour Eddie Komboigo.

Mais le président de l’ex part au pouvoir devait encore attendre de voir si le procureur militaire n’allait pas contester cette décision du juge d'instruction et si l'ordonnance du juge allait être validée par la chambre de contrôle.

Mais avec cette décision de la juridiction militaire, l’homme d’affaires, qui était poursuivi pour attentat à la sûreté de l'Etat, complicité d'assassinats, complicité de coups et blessures volontaires, est lavé de tout soupçon.

D’autres personnes poursuivies, comme la journaliste Caroline Yoda, ont aussi été blanchies.

Par ailleurs,  le tribunal militaire a décidé du maintien en détention du général Gilbert Diendéré, incarcéré depuis deux ans pour son implication présumée dans le coup d’Etat de septembre 2015.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir