Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays

POLITIQUE

L’Association nationale des étudiants burkinabè (Aneb), section de Ouagadougou a décidé de suspendre de mot d’ordre de grève de 48 heures qui était prévu initialement les 21 et 22 décembre 2017. Ce débrayage entrait dans le cadre de leur lutte pour la levée de la sanction disciplinaire contre leur militant Bahan Yenilo. Selon le communiqué ci-dessous de l’association, cette suspension a été décidée dans le but de «  donner une chance aux médiations déjà entamées ». Cependant, elle a précisé que ce n’est qu’une suspension et non une levée.

« Les étudiants des Universités publiques de Ouagadougou se sont réunis ce 20 décembre 2017 en Assemblée Générale Extraordinaire. Sous la houlette de l’Association Nationale des Etudiants Burkinabè section de Ouagadougou (ANEB/ Ouaga), cette Assemblée Générale (AGE) était relative à la situation dans lesdites universités, notamment la lutte engagée par les étudiants pour exiger l’annulation de la sanction inique, disproportionnée et injuste infligée à Bahan Yenilo, étudiant en Anglais 2. 

A la suite des mots d’ordre de grève des 48 heures, 24 heures, puis 72 heures, largement suivis par les étudiants des Universités Ouaga 1 et Ouaga 2, les étudiants ont montré leur détermination à se battre contre les atteintes graves aux libertés démocratiques et syndicales sur nos campus. C’est l’occasion pour le Comité Exécutif de les féliciter pour cette mobilisation et également pour leur ferme volonté de protéger leur cadre authentique de lutte de la campagne de diabolisation orchestrée par l’administration universitaire. 

Depuis le déclenchement de la lutte pour la levée de la sanction, en effet, le Comité Exécutif de l’ANEB/ Ouaga, ainsi que l’étudiant Bahan Yenilo n’ont eu de cesse de rencontrer des organisations et autres personnes ressources pour échanger autour d’éventuelles pistes de solutions. 

Pour donner donc une chance aux médiations déjà entamées et montrer toute la bonne foi de notre structure, les participants à l’Assemblée Générale Extraordinaire ont décidé de la suspension du mot d’ordre de grève de 48 heures, initialement prévu les 21 et 22 décembre 2017. Notons que le mot d’ordre n’est aucunement levé. C’est donc dire que le Comité Exécutif de l’ANEB se réserve le droit d’user de son quitus qui a été renouvelé au cours de l’AGE, en engageant d’autres batailles dans les jours à venir si la sanction n’est pas levée. 

Pain et liberté pour le peuple !!!

Fait à Ouagadougou le 20 décembre 2017

Pour le Comité Exécutif

Le Président

ZABRE Alexis »

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé