Aujourd'hui,
URGENT
Haïti: le Premier ministre Jack Guy Lafontant démissionne à la suite des violences urbaines
Colombie: premier procès de chefs de la guérilla des Farc devant le tribunal spécial
Russie: Macron félicite Poutine pour un «parfait déroulement» du Mondial-2018
Mondial 2018: Luka Modric élu meilleur joueur du tournoi
Coupe du monde: Roch Marc Christian Kaboré a appelé l'ambassadeur de France au Burkina pour féliciter le peuple et les joueurs français.  
Coupe du monde: Roch Marc Christian Kaboré a envoyé un message de félicitations à Emmanuel Macron après la victoire de la France.  
CNSS: suite aux allégations de recrutement illicites, le DRH temporairement démis de ces fonctions, en attendant les enquêtes (L'Obs).
Espagne: l’Allemagne autorise l’extradition de Puigdemont vers l’Espagne
Royaume-Uni: Theresa May publie son plan pour l'après-Brexit  
Burkina: la Chine a procédé ce jeudi 12 juillet à Ouagadougou à l'ouverture officielle de son ambassade

POLITIQUE

13 décembre 1998 – 13 décembre 2017, cela fait 19 ans que le journaliste Norbert Zongo et à ses compagnons d’infortune, Blaise Ilboudo, Ernest Zongo et Abdoulaye Nikiéma ont été abattu sur la route de Saponé. En ce jour anniversaire, voici le message d’hommage prononcé au cimetière de Gounghin à Ouagadougou par l’Association des journalistes du Burkina (AJB).


13 décembre 1998 – 13 décembre 2017 ! Depuis 19 ans, 19 longues années, le peuple du pays réel, débout, combatif, exige vérité et justice pour Norbert Zongo et ses compagnons d’infortune.
De Blaise Compaoré à Roch Marc Christian Kaboré, en passant par Yacouba Isaac Zida et Michel Kafando, la détermination du peuple est restée la même dans sa quête de vérité et de justice.
Le régime de Blaise Compaoré balayé par le peuple insurgé, le dossier a été rouvert sous la transition. Trois parmi les suspects sérieux identifiés par la commission d’enquête indépendante ont été inculpés. Une rue t’a été dédiée. Mais l’essentiel piétine toujours. Ton dossier n’a pas été jugé.
Le pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré a baptisé l’Université de Koudougou en ton nom. Mais il reste la justice. Le dossier suit toujours son cours nous dit-on. Voilà donc 19 ans qu’on nous sert la même réponse.

La récente interpellation de François COMPAORE à Paris, suivie de sa demande d’extradition par les autorités burkinabè, peut constituer un motif d’espoir, mais nous devrions redoubler de vigilance, jusqu’à ce que le peuple burkinabè et le monde entier connaissent la vérité sur cet horrible crime.
Ironie du sort, c’est ce 13 décembre même, que la première audience dans le cadre de cette procédure doit se tenir, devant la chambre du contrôle de l’instruction de la Cour d’Appel de Paris.
Cette année, à la faveur de la 7e édition du Festival international de la liberté d’expression et de la presse (FILEP), les journalistes du Burkina et du continent, sont retournés, à Sapouy précisément sur ces lieux sinistres où tes assassins t’attendaient ce 13 décembre 1998.
Nous avons redécouvert les lieux du crime et remémoré les détails du crime. Nous avons été unanimes que c’est un crime qui défie l’humanité. Nous avons été aussi unanimes que nous ne devons pas laisser ce crime défié la vérité et la justice.

Nous avons à l’occasion, lancé l’appel dit de Sapouy, autour des points suivants :
– Que la Justice burkinabè se réconcilie avec son Peuple et la marche de l’Histoire, elle qui bénéficie aujourd’hui d’un cadre juridique et économique favorable à son indépendance grâce au sacrifice dû à l’Insurrection populaire.
– Que le Peuple burkinabè, la Presse, les défenseurs des droits de l’Homme au Burkina Faso, en Afrique et dans le monde maintiennent la pression, pour la lumière et la justice pour toi et tes trois compagnons.

Tant de héros de la lutte contre l’impunité et pour les libertés t’ont rejoint dans l’au-delà. Nous les avons pleurés hier, nous les pleurons aujourd’hui encore. Et aujourd’hui, nous pleurons particulièrement, Justin Coulibaly, André Tibiri, Augustine Zongo/ Nana, Maman Zongo, cette brave dame, intègre et digne. Vous aurez tant voulu voir l’issue de ce dossier. Mais hélas, vous nous avez quittés sans voir la vérité et la justice pour Norbert Zongo et ses compagnons d’infortune. Nous avons une pensée particulière et hautement respectueuse pour eux.
Pour eux et à tous ceux qui sont tombés les armes à la main, je demande d’observer une minute de silence !
19 ans après le crime odieux de Sapouy, nous sommes encore là, le peuple du Burkina Faso, les populations du pays réel, pour te renouveler notre engagement, afin que :

– vérité et justice te soient rendues à toi et à tes compagnons d’infortune ;
– à Flavien Nebié, ce jeune élève fauché à la fleur de l’âge dans cette lutte pour la vérité et la justice pour toi et tes compagnons ;
– aux Martyrs de l’Insurrection populaire d’octobre 2014 et de la Résistance héroïque au putsch de septembre 2015, tombés pour la liberté et la démocratie.
Norbert Zongo, tes confrères ici présents te réitèrent, leur détermination à se battre sans relâche jusqu’à ce que justice te soit rendue à toi et à tes compagnons d’infortune !

Vérité et justice pour toi Norbert Zongo et tes compagnons !
Vérité et justice pour les victimes de l’Insurrection et du putsch !
Vérité et justice pour toutes les victimes de crimes de sang !
Pain et liberté pour le peuple !
Nan Lara An Sara !
Ouagadougou, le 13 décembre 2017
Pour l’AJB
Le Président
Guézouma SANOGO

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé