Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le 5ème recensement général de la population se tiendra cette année (Conseil des ministres)
Liberia: La présidente sortante Sirleaf dit non à son exclusion du parti (UP), tout en promettant de faire appel de cette décision (koaci.c
Boussé: Un élève blessé par balle, alors qu’il prenait part à une manifestation de soutien aux enseignants
G5 Sahel: la Mauritanie supprime le visa d’entrée imposé aux Burkinabè
Chan 2018: Les Étalons locaux font match nul 0-0 face à l'Angola comptant dans la 1ere journée de la poule D
Burkina: Le Syndicat des travailleurs de la Santé humaine et animale annonce une grève d’avertissement de 24 heures le 31 janvier
Politique: Le groupe parlementaire du CDP  a promis revenir sur le code électoral de 2015 qui a exclu leur président Eddie Komboigo
Liberia: la présidente sortante, Ellen Sirleaf exclue pour avoir «violé la Constitution du parti» (RFI)
Djibo: les populations ont marché pour exiger la libération du Dr Ken Elliot enlevé il y a deux ans de cela 
Burkina: La direction des impôts devra mobiliser la somme de 918 milliards de F CFA au profit du budget de l'Etat

POLITIQUE

Le Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) et la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l'impunité et pour les libertés (CCVC) ont animé ce jeudi 7 décembre 2017 une conférence de presse sur la commémoration du 19ème anniversaire de l'assassinat de Norbert Zongo et de ses trois compagnons.

Les coordinations nationales du CODMPP et de la CCVC ont décidé de la commémoration du 19ème anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo et de ses compagnons autour du thème «Par des actions citoyennes fortes, poursuivons la lutte pour un traitement diligent et sérieux des dossiers de crimes de sang et de crimes économiques contre la vie chère pour les libertés et l’indépendance nationale véritable».

A travers cette commémoration, pour les conférenciers, il s'agit de dénoncer les 19 ans d'impunité à travers une panoplie d’activité sur toute l’étendue du territoire national. Pour la journée du 13 décembre, il s’agira de rendre hommage aux suppliciés de Sapouy, à Flavien Nébié, Boukari Dabo et aux victimes de l'insurrection populaire de 2014 et de la résistance au coup d'Etat manqué de 2015 par des rassemblements, des recueillements et des dépôts de gerbes de fleurs dans les cimetières. Il y aura aussi des assemblées générales, conférences, meeting, marche-meetings autour du thème de commémoration et de la plateforme d’action réactualisée dans les régions, provinces, départements et autres localités du pays.

A Ouagadougou, il est prévu un rassemblement à partir de 7h au cimetière de Gounghin pour le dépôt de gerbes de fleurs, un recueillement aux morts et à partir de 9h, un autre rassemblement est prévu à la place de la Nation pour une marche suivie d'un meeting.
Sur le traitement du dossier Norbert Zongo, Chrysogone Zougmoré président du Collectif et ses camarades estiment que, depuis l’inculpation de trois éléments de l’ex RSP le 10 décembre 2011, rien de consistant n’a été entrepris dans le cadre du traitement de ce dossier. «A ce jour, à notre connaissance, les choses n’ont pratiquement pas bougées depuis l’inculpation de ces trois éléments de l’ex RSP. Le dossier est en phase d’instruction: il y a eu des inculpations et un mandat d’arret international. Nous restons attentifs » dit-il.

A propos des manifestations des élèves, Chrysogone Zougmoré pense que cela est normal. «C'est normal que les élèves luttent contre l'impunité dans le dossier de leur camarade Flavien Nebié. Si nous-mêmes luttons contre l'impunité, nous pouvons comprendre les manifestations des élèves. Pour que la situation change, la balle est dans le camp de ceux qui nous dirigent actuellement. Vu que les conditions dans lesquelles ils sont venus au pouvoir, on avait pensé que les choses iraient mieux surtout pour la justice»

Et Bassolma Bazié, secrétaire général de la CGT-B, de préciser qu’il faut organiser la manière de manifester. «On doit davantage faire en sorte à ce que ces élèves soient organisés pour que leur voix puissent porter. La question est de savoir si les représentants de l’Etat permettent-ils à tous ces élèves de s’organiser» a-t-il indiqué. Il pense que ces élèves doivent être encouragés et accompagnés et juge que, «toute violence qui s’abat sur eux, doit être fermement condamnée»
Pour exprimer leur soif de justice, les initiateurs de la commémoration invitent la population à une mobilisation et à un engagement renouvelés dans la lutte en vue de la satisfaction des préoccupations et attentes «pressantes» de tous.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir