Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays

POLITIQUE

Le procès de Pascal Zaida, coordonnateur du Cadre d’expression démocratique (CED) et trois autres, a connu son épilogue de lundi 27 novembre 2017. Accusés de «manifestation illicite et actes de vandalisme», les quatre prévenus ont été relaxés avec sursis pour «non constitution des faits». Par contre, ils ont été condamnés à 50.000 FCFA d’amende pour manifestation non autorisée.


Pour Me Eliane Kaboré, l’un des avocats de la partie accusée, c’est une victoire en partie. «Nous sommes partiellement satisfait puisque notre client recouvrera la liberté dès ce lundi soir. Et nous verrons s’il  a opportunité de relever appel», a déclaré Me Kaboré à la sortie d’audience. Le procureur avait requis 12 mois de prison pour Pascal Zaïda.

En rappel, le CED avait annoncé un meeting pour le 21 octobre dernier pour dénoncer certaines pratiques du gouvernement actuel. Un meeting que la mairie de Ouagadougou a refusé d’autoriser.

En dépit de ce non autorisation, les membres du CED dont Pascal Zaïda qui se dirigeaient vers le rond-point des Nations-Unies, avaient été arrêtés par les forces de l’ordre. Mais à la barre, le coordonnateur du CED n’a pas reconnu les griefs qui lui sont faits.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé