Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le flambeau du 11-décembre a été transmis à Tenkodogo, ville hôte de la célébration de l'indépendance en 2019
Centrafrique: arrestation en France de Patrice-Edouard Ngaïssona, ex-chef anti-balaka en RCA
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)
Migration: le pacte de l’ONU sur les migrations adopté à Marrakech
11-Décembre: "L'occasion de rendre hommage à notre peuple travailleur et de saluer la mémoire des bâtisseurs de notre nation." (Roch Kaboré)
Royaume-Uni: Theresa May annonce au Parlement le report du vote sur l'accord de Brexit
RDC: Joseph Kabila n'exclut pas de se représenter en 2023 (RFI)
Burkina: l'abbé Théophile Naré nommé nouvel évêque du diocèse de Kaya par le Pape François ce 7 décembre 2018 (Officiel) 
Tchad: huit ans de prison pour l’ex-chef rebelle tchadien Baba Laddé
France: les hausses de taxe sur les carburants «annulées pour l'année 2019»

POLITIQUE

Le procès de Pascal Zaida, coordonnateur du Cadre d’expression démocratique (CED) et trois autres, a connu son épilogue de lundi 27 novembre 2017. Accusés de «manifestation illicite et actes de vandalisme», les quatre prévenus ont été relaxés avec sursis pour «non constitution des faits». Par contre, ils ont été condamnés à 50.000 FCFA d’amende pour manifestation non autorisée.


Pour Me Eliane Kaboré, l’un des avocats de la partie accusée, c’est une victoire en partie. «Nous sommes partiellement satisfait puisque notre client recouvrera la liberté dès ce lundi soir. Et nous verrons s’il  a opportunité de relever appel», a déclaré Me Kaboré à la sortie d’audience. Le procureur avait requis 12 mois de prison pour Pascal Zaïda.

En rappel, le CED avait annoncé un meeting pour le 21 octobre dernier pour dénoncer certaines pratiques du gouvernement actuel. Un meeting que la mairie de Ouagadougou a refusé d’autoriser.

En dépit de ce non autorisation, les membres du CED dont Pascal Zaïda qui se dirigeaient vers le rond-point des Nations-Unies, avaient été arrêtés par les forces de l’ordre. Mais à la barre, le coordonnateur du CED n’a pas reconnu les griefs qui lui sont faits.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir