Aujourd'hui,
URGENT
Colombie: victoire du candidat de droite, Ivan Duque à la présidentielle (RFI)
Inde: le gouvernement annonce la reprise des opérations militaires au Cachemire
Minefid: les syndicats maintiennent leur première semaine de grève du 18 au 22 juin 2018
Nigéria: au moins 31 morts dans des attaques suicide dans le nord-est
Burkina: plus de 6 milliards de FCFA de l’Union européenne pour booster le secteur de la culture (AIB)
Burkina: un policier a été tué et un assaillant neutralisé au cours de trois attaques perpétrées à l’Est et au Centre-est
RDC: Jean-Pierre Bemba accueilli en Belgique après son acquittement à la CPI
Nigeria: un trafic de sang démantelé à Lagos (RFI)
Burkina: l’Aid el fitr fêtée ce vendredi 15 juin 2018
Football: le Maroc annonce que le pays sera candidat à l’organisation de la Coupe du monde 2030

POLITIQUE

Les pharmaciens ont observé un mouvement d’humeur dans la matinée de ce lundi 6 novembre 2017 à la Direction générale de la pharmacie, des médicaments et du laboratoire (DGPML) à Ouagadougou. Ils disent ne pas être associés à l’élaboration d’un organigramme du ministère de la Santé qui occulte le secteur pharmacie et médicaments.


«Un organigramme du ministère de la Santé qui a été élaboré et, malheureusement dans cet organigramme, on se rend compte que tout ce qui est aspect pharmacie et médicaments a été occultés. Ces direction sont coiffées par des directions générales qui, à notre sens, causera le problème d’opérationnalisation du secteur pharmaceutique», c’est ce qui ressort des explications de Romuald Yaro, président de la section Est du syndicat des pharmaciens.

Il précise que le syndicat ne s’inscrit pas contre l’organigramme, mais il «veut simplement que le secteur pharmaceutique réponde directement du ministre sans qu’il y ait un intermédiaire entre les acteurs de ce secteur et le ministre en charge de la Santé». Pour M. Yaro, «à partir du moment où ce secteur est englouti dans une direction générale, il n’est pas évident que les acteurs du secteur puissent être libre pour mieux donner des orientations spécifique à ce secteur. C’est face à cette situation que nous avons traduit notre humeur» s’est-il exprimé.

Selon M. Yaro, aucune corporation pharmaceutique n’a été associée à l’élaboration de l’organigramme. «Nous n’avons pas été associés à l’élaboration de cet organigramme. Tout le monde a été mis devant les faits accomplis, là cela cause un problème en vue de l’opérationnalisation du secteur pharmaceutique» a fait savoir M. Yaro.
A la question de savoir si un dialogue avait été engagé avant ce mouvement d’humeur, il a laissé entendre qu’ils (les pharmaciens) avaient rencontré leur ministre de tutelle. «Et, nous avons fait savoir au ministre que cet organigramme allait causer un problème. Il nous a dit qu’il allait réfléchir sur la question et nous statuer. A partir du moment où ça été adopter, cela constitue une inquiétude parce que, quelque chose qui a été adopté au Conseil des ministres, revenir là-dessus, ça risque d’être compliqué» a-t-il expliqué.

Pour ce faire, M. Yaro et ses compagnons ont décidé d’adresser une correspondance au bureau national du syndicat en vue de l’organisation d’une assemblée générale extraordinaire afin que l’ensemble des pharmaciens puissent se prononcer sur cette question d’organigramme qui occulte le secteur de la pharmacie.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Le 31 mai 2018, l’Assemblée nationale a adopté un nouveau code pénal qui abolit la peine de mort au Burkina Faso. Pour vous, c'est:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé