Aujourd'hui,
URGENT
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays
Vatican: l'archevêque salvadorien assassiné Oscar Romero et le pape Paul VI canonisés (RFI)
Francophonie: le français, 5e langue parlée dans le monde avec 300 millions de locuteurs (RFI)

POLITIQUE

Les populations de la commune rurale de Mossodougou, 40 km au nord de Banfora, dans la Comoé, reprochent beaucoup de choses à leur maire Dr Dominique Sourabié. Pour exiger de la tutelle des sanctions, ils ont pris les devants en mettant le maire et son équipe dehors, avec des menaces de mort si il y remettait les pieds.

Cette tension, selon les manifestants, émane, entre autre, de la volonté de ces derniers de voir le maire abandonné son projet de  destruction d’un verger pour construire une école.

Les frondeurs, menés par le mouvement «Citoyen y’en a marre», ont précédé, après une marche, à la  fermeture les locaux de la mairie le vendredi 3 novembre 2017.

En changeant les serrures de la porte centrale de la mairie,  les frondeurs, selon Ousmane Hébié coordonnateur du mouvement «Citoyen y’en a marre»,  ont mis ainsi à exécution leurs menaces proférées lors de la marche meeting du vendredi 16 juin dernier.

Très déterminés, les manifestants sont restés sourd à la médiation du préfet et des chefs coutumiers.

La gendarmerie de Moussodougou, qui pour la circonstance, a reçu du renfort, a réussi à récupérer les clés des locaux abritant la mairie. Et assure la sécurité des lieux toujours fermés.   

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé