Aujourd'hui,
URGENT
Filo 2017: la 14e édition placée sous le thème "livre et lecture dans le cadre familial"(23 au 26 novembre)
Zimbabwe: Le président Robert Mugabe a fait sa première apparition publique depuis le coup de force de l'armée
Burkina Faso: Blaise Compaoré sort de son silence et dément tout lien avec les terroristes basés au Sahel 
Soum: au moins 6 morts dans une nouvelle attaque ce vendredi 17 novembre
Filo 2017: rapprocher le livre du cadre familial
Léo: une personne tuée, 8 millions de FCFA et du matériel militaire emportés dans un braquage (AIB)  
UACO 2017: Les échanges porteront sur les médias sociaux et la formation des opinions en Afrique ( du 16 au 18 novembre)  
Zimbabwe: Morgan Tsvangirai, le chef de l’opposition politique appelle le président Mugabe à rendre le tablier
Etats généraux de la: 983 jeunes réfléchissent sur les freins à l’épanouissement de la jeunesse  
arrondissement 3:  Les militants de l’UPC s’indignent face à la « forfaiture » engagée pour la destitution de l’actuel maire

POLITIQUE


Une conférence de bailleurs de fonds pour le financement de la force conjointe G5 Sahel se tiendra le 14 décembre prochain à Bruxelles en Belgique. Le ministre en charge des Affaires étrangères, Alpha Barry et ses collaborateurs étaient face à la presse ce lundi 6 novembre 2017 pour en parler. Plus de 270 milliards de francs CFA sont nécessaire pour l’opérationnalisation de cette force.


Le Burkina-Faso, le Mali, le Niger, la Mauritanie et le Tchad, sont tous unis pour lutter contre le terrorisme. Selon le ministre Barry, le G5 Sahel a effectué sa première opération le 3 novembre dernier dans la région de Gao au Mali. «Les choses avancent» a-t-il dit. De ses explications, il ressort que la force conjointe du G5 Sahel a besoin de 423 millions d’euros soit plus de 270 milliards de francs CFA pour bouter le terrorisme hors des pays que compte cette force. «Elle peine cependant à rassembler cette somme nécessaire pour l’efficacité de ses actions», a souligner le ministre en charge des Affaires étrangères.

C’est pourquoi, poursuit-il, il est prévu une conférence de soutien à la planification de la force conjointe en décembre prochain en vue de boucler le financement pour l’opérationnalisation de cette force. Et pour que cette rencontre soit une réussite, précise le ministre Barry, une rencontre préparatoire consacrée à un soutien de l’Organisation des nations unies (ONU) s’est tenue en fin octobre à New York et à Washington à l’initiative du Conseil de sécurité de l’ONU. Elle a réuni des ministres du G5 Sahel et des personnalités de marques des Nations unies tel que le secrétaire général de l’ONU, Antonion Guterres, a confié le ministre. A cette occasion, à écouter le conférencier du jour, Washington, tout en refusant d’autoriser un soutien de l’ONU à cette force, a annoncé une aide bilatérale de 60 millions de dollars.

«L’intervention occidentale en Libye à crée la situation que nous vivons» a indiqué Alpha Barry. C’est pourquoi, il en appelle à la responsabilité de ces pays à être plus solidaire de la lutte que le G5 Sahel mène. Pour lui, «il ne s’agit pas d’une mendicité, le terrorisme est un problème qui nous concerne tous. La contribution de tous est nécessaire pour le succès de cette table ronde afin de boucler le financement durable de la force conjointe».

Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération régionale et des burkinabè de l’extérieur, Alpha Barry a également fait le bilan des différentes attaques qu’a subi le Burkina Faso depuis 2015: soit 80 attaques qui ont fait 133 morts pour tout bilan dressé par le gouvernement il y a de cela deux semaines.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir