Aujourd'hui,
URGENT
Colombie: victoire du candidat de droite, Ivan Duque à la présidentielle (RFI)
Inde: le gouvernement annonce la reprise des opérations militaires au Cachemire
Minefid: les syndicats maintiennent leur première semaine de grève du 18 au 22 juin 2018
Nigéria: au moins 31 morts dans des attaques suicide dans le nord-est
Burkina: plus de 6 milliards de FCFA de l’Union européenne pour booster le secteur de la culture (AIB)
Burkina: un policier a été tué et un assaillant neutralisé au cours de trois attaques perpétrées à l’Est et au Centre-est
RDC: Jean-Pierre Bemba accueilli en Belgique après son acquittement à la CPI
Nigeria: un trafic de sang démantelé à Lagos (RFI)
Burkina: l’Aid el fitr fêtée ce vendredi 15 juin 2018
Football: le Maroc annonce que le pays sera candidat à l’organisation de la Coupe du monde 2030

POLITIQUE

L’ex ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Tahirou Barry, devait être reçu dans  l’émission «Sur la brèche» de la télévision nationale le dimanche 5 novembre. Mais contre toute attente, ladite émission a été annulée. Interpellé par les journalistes sur le sujet à l’occasion de la passation de charge au ministère ce lundi 6 novembre 2017, Tahirou Barry dit ne pas comprendre lui-même ce changement de dernière minute. Et il n’y va pas du dos de la cuillère.


«J’ai été invité par e-mail par l’animateur de l’émission pour le dimanche 29 octobre à 11h30. Considérant que j’ai le devoir de m’expliquer devant le peuple, j’ai donné mon accord pour y participer. Ce n’est qu’à la veille que j’ai été appelé par l’animateur pour m’informer que l’émission n’aura plus lieu. Je ne connais pas les raisons qui ont guidé la non-tenue de cette émission, mais si c’est la vérité qu’on veut assassiner, qu’ils sachent qu’on ne peut pas cacher le soleil avec la main. Quelle que soit la puissance d’une personne, quels que soient les pouvoirs qui lui sont dévolus, cette personne ne pourra jamais empêcher la lumière du jour de s’étaler quelle que soit la profondeur de l’obscurité.»



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Le 31 mai 2018, l’Assemblée nationale a adopté un nouveau code pénal qui abolit la peine de mort au Burkina Faso. Pour vous, c'est:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé