Aujourd'hui,
URGENT
Filo 2017: la 14e édition placée sous le thème "livre et lecture dans le cadre familial"(23 au 26 novembre)
Zimbabwe: Le président Robert Mugabe a fait sa première apparition publique depuis le coup de force de l'armée
Burkina Faso: Blaise Compaoré sort de son silence et dément tout lien avec les terroristes basés au Sahel 
Soum: au moins 6 morts dans une nouvelle attaque ce vendredi 17 novembre
Filo 2017: rapprocher le livre du cadre familial
Léo: une personne tuée, 8 millions de FCFA et du matériel militaire emportés dans un braquage (AIB)  
UACO 2017: Les échanges porteront sur les médias sociaux et la formation des opinions en Afrique ( du 16 au 18 novembre)  
Zimbabwe: Morgan Tsvangirai, le chef de l’opposition politique appelle le président Mugabe à rendre le tablier
Etats généraux de la: 983 jeunes réfléchissent sur les freins à l’épanouissement de la jeunesse  
arrondissement 3:  Les militants de l’UPC s’indignent face à la « forfaiture » engagée pour la destitution de l’actuel maire

POLITIQUE

Lors d’une conférence de presse donnée ce 2 novembre 2017 à Ouagadougou par le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP), le cas de François Compaoré, frère cadet de l’ancien chef de l’Etat, et de Yacouba Isaac Zida, le Premier ministre de la transition en exil au Canada est revenu sur la table.

Sur le dossier Norbert Zongo, le MBDHP salue l’interpellation de François Compaoré par la justice française. Selon les conférenciers, cette interpellation est une lueur d’espoir pour la manifestation de la vérité.

Le MBDHP demande son extradition au Burkina Faso afin qu’il vienne s’expliquer sur les faits qui lui sont reprochés.

Le président du MBDHP estime que dans les normes, François Compaoré devrait venir de lui-même comme l’a fait Luc Adolphe Tiao sur le dossier de l’insurrection.

S’agissant du dossier de l’insurrection dans lequel Yacouba Isaac Zida doit s’expliquer, le président du MBDHP indique qu’il n’est pas nécessaire pour les magistrats de se déplacer au Canada pour l’auditionner. «Si Zida n’a rien à se reprocher, il doit revenir de lui-même pour s’expliquer. Au lieu de mobiliser de fortes sommes d’argent pour aller l’auditionner, demandons-lui simplement de venir s’expliquer sur les faits qui lui sont reprochés», martèle Chrysogone Zougmoré.

Me Prosper Farama, pense que le fait de vouloir aller auditionner Zida au Canada est un fait «discriminatoire».

«Personne a demandé d’aller entendre François Compaoré ou Blaise Compaoré. (…) On pourrait aussi utiliser la voie diplomatique pour aller auditionner François Compaoré et Blaise Compaoré au lieu de demander leur extradition», s’indigne l'avocat.

Dans un communiqué publié à la veille de l’an III du soulèvement populaire, le procureur du Faso, Maïza Sérémé, annonçait qu’une demande d’entraide judiciaire pénale a été formulée par les juges d’instruction auprès des autorités judiciaires canadiennes à l’effet «d’entendre le général Zida Yacouba Isaac sur certains points».

Les juges souhaitent aussi que «ces autorités leur permettent de se rendre au Canada afin de procéder eux-mêmes aux auditions demandées. Pour ce faire, des moyens conséquents devraient être mis à la disposition de ces magistrats instructeurs en cas de réponse favorable des autorités canadiennes», expliquait le communiqué.

LIRE AUSSI: Lutte contre l’impunité: une marche-meeting ce 4 novembre

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir