Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la CS-MEF reconduit son mot d’ordre de grève du 25 au 29 juin 2018
Indonésie: le prédicateur extrémiste Aman Abdurrahman condamné à mort (RFI)
RDC: les Etats-Unis annoncent des sanctions contre des officiels congolais
Ouagadougou: plus de 200 blogueurs et web-activistes venus d’une quarantaine de pays sont actuellement en sommet du 22 au 23 juin
Burkina: le président du Faso a décidé d'institutionnaliser le Forum national des personnes vivant avec un handicap
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti

POLITIQUE

Alors que le Burkina Faso s’apprête à commémorer l’an III de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, ce communiqué du procureur du Faso parvenu à notre rédaction fait le point de l’état du traitement judiciaire des dossiers liés à l’évènement.

«Le Procureur du Faso près le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou tient à informer l’opinion publique nationale et internationale sur l’état d’avancement des dossiers de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et des manifestations des 1er et 02 novembre 2014 que connait le tribunal de grande instance de Ouaga. En effet dans un précédent communiqué, il avait été porté à votre connaissance que trois (3) cabinets d’instruction avaient été saisis pour instruire le dossier.

A ce jour, les juges d’instruction ont eu à inculper et à placer sous mandat de dépôt dix-sept (17) personnes pour tentative de meurtre, assassinat, coups et blessures volontaires, faits prévus et punis par les articles 59, 60 318, 320, 324, 326, 328 et 347 du code pénal. En sus, ils ont auditionné quarante (40) témoins et dix (10) parties civiles, interrogé au fond les dix (17) inculpés et effectué (dix (10) interrogatoires de confrontation entre les inculpés et certains témoins.

Par ailleurs ils ont commis des experts et ordonné une commission rogatoire des officiers de police judiciaire afin de les éclairer sur certains points et de poser certains actes nécessaires à la manifestation de la vérité.

Outre cela, une demande d’entraide judiciaire pénale à l’endroit des autorités judiciaires canadiennes à l’effet d’entendre le général ZIDA Yacouba Isaac sur certains points a été formulée par les juges d’instruction qui ont aussi souhaité que ces autorités leur permettent de se rendre au Canada afin de procéder eux-mêmes aux auditions demandées. Pour ce faire, des moyens conséquents devraient être mis à la disposition de ces magistrats instructeurs en cas de réponse favorable des autorités canadiennes.

Il faut rappeler que le dossier a connu une avancée depuis que la Commission d’enquête indépendante a rendu son rapport et les magistrats chargés du dossier ne ménagent aucun effort pour un dénouement rapide avec la collaboration requise de tous.»

Le Procureur du Faso
Maïza SEREME

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir