Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

POLITIQUE

Arrêtés le samedi 21 octobre dernier après avoir tenté de tenir un meeting interdit,  le coordonnateur du Cadre d’expression démocratique (CED), Pascal Zaïda, et trois de ses compagnons ont été transférés à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (Maco) le lundi 23 octobre. Dans ce communiqué, L’opposition politique condamne cette «répression» et exige la libération de Pascal Zaïda.

«Le samedi 21 Octobre 2017, l’’Opposition politique burkinabè et l’opinion publique de notre pays, ont suivi avec désolation la grande brutalité avec laquelle le meeting du Cadre d’expression démocratique (CED), dirigé par M. Pascal Zaida, a été réprimé.

Cette répression qui rappelle de douloureux souvenirs à beaucoup de démocrates, a été suivie d’une interpellation de M. Pascal Zaida et de ses camarades, qui ont été immédiatement placés en détention à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou.

Cette arrestation survient dans un contexte tendu de polémique entre les organisateurs de la manifestation et la mairie de Ouagadougou, qui a utilisé le prétexte de troubles à l’ordre public pour ne pas autoriser ladite manifestation.

L’Opposition politique condamne vigoureusement cette répression qui consacre une violation flagrante de la liberté de manifester et qui sonne comme un recul démocratique aux antipodes de l’Etat de droit.

Elle observe que le pouvoir du MPP traite de manière discriminée les OSC de notre pays, en laissant s’exprimer, parfois sans aucune autorisation préalable, celles qui lui sont proches et en bâillonnant sous des prétextes fallacieux celles qui critiquent son action. Pour l’opposition politique, la liberté est un bien public mondial dont doivent jouir tous les citoyens dans les mêmes conditions d’équité, quelles que soient leurs opinions politiques.

L’Opposition politique exige la libération pure et simple de Monsieur Pascal Zaida et ses camarades embastillés.

Elle interpelle fortement les autres OSC et les organisations de défense des droits de l’homme, pour qu’elles se départissent de toute attitude sectaire et se souviennent que la marque d’un démocrate sincère, c’est de savoir se battre pour que l’autre puisse s’exprimer, même si on ne partage pas ses idées. Les tyrannies fleurissent sur l’indifférence aux malheurs des autres et le jour où on en est soit même victime, plus personne n’est là pour vous défendre.

Elle invite le CED à agir dans le respect strict des obligations du cadre républicain, pour ne pas fournir au pouvoir du MPP des prétextes pour une répression du mouvement démocratique.

Enfin, l’opposition politique met en garde le pouvoir du MPP contre l’instrumentalisation du motif d’atteinte à l’ordre public, qui apparait comme la dernière trouvaille des sécurocrates du régime, pour empêcher désormais les opposants de s’exprimer.»

Ouagadougou, le 24 octobre 2017
Le Chef de file de l’Opposition politique
Zéphirin DIABRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir