Aujourd'hui,
URGENT
Banfora: 5 personnes -dont trois 3 de la même famille- tuées par la foudre à Tengrela, le dimanche 23 septembre 2018 (AIB). 
Burkina: Yacouba Sawadogo, 78 ans, a reçu lundi 24 septembre le prix Right Livelihood, également appelé prix nobel alternatif(Oméga Fm)
Burkina: chaque député va contribuer à hauteur d'un million de F CFA pour lutter contre le terrorisme
Soum: trois gendarmes tués dans une embuscade dans la zone de la mine d'or d'Inata
Soum: trois personnes dont le fils du responsable de la mine d'or d'Inata enlevées par des hommes armés non identifiés
Burkina: le Laboratoire énergies renouvelables et efficacité énergétique, a mis au point, du charbon à base de tourteaux d’anacarde (AIB)
Bénin: le gouvernement recule sur la hausse du prix d'internet
Cinéma: l’acteur ivoirien Ahmed Souané (Docteur Boris) est décédé ce jeudi 20 septembre
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)

POLITIQUE

Le meeting annoncé - et réfusé par la mairie - du Cadre d’expression démocratique (CED) n'a pas eu lieu. Au terme du jeu de cache-cache entre les organisateurs et les forces de sécurité, le meneur, Pascal Zaïda, et quelques-uns des membres du CED ont été arrêté par la police nationale.

«Nous allons tenir le meeting de veille citoyenne ce 21 octobre avec ou sans autorisation», annonçait le coordonnateur du CED, Pascal Zaïda.

Cependant, les choses ne se sont pas déroulées comme il l’avait tant souhaité. Alors que cette activité de protestation avait été interdite par la municipalité de Ouagadougou, M. Zaïda et les siens ne démordaient: ils comptaient tenir leur meeting.

C’était sans compter avec la détermination des unités de la police et de la gendarmerie nationale. Tôt ce samedi, un impressionnant dispositif sécuritaire a été mis en palce pour empêcher l’accès à la place de la nation. Joint au téléphone par Fasozine, Pascal Zaïda indique que la manifestation aura finalement lieu au rond-point des Nations-Unies. Toutefois il ajoute: «Si les forces de l’ordre nous empêchent, nous allons prendre les images et les envoyer aux Nations-Unies.»

A peine la communication terminée, nous prenons la direction du rond-point en question. Quelle fut notre surprise de voir le même dispositif, cette fois encore plus renforcé sur tout le long de l’avenue de l’indépendance. Toutes personnes qui voulaient avoir accès au lieu à pied étaient systématiquement repoussées.

Finalement, c’est aux environs de 9h 30 mn que Pascal Zaïda, avec quelques-uns de ses compagnons, ont fait leur apparition. Ils n’auront pas l’occasion de rejoindre leur nouveau lieu de rassemblement, car empêchés par la police.

C’est en rebroussant chemin en direction de la place de la nation, qu’interviendront quelques échauffourées. Cette évolution de la situation donnera lieu à l’usage de moyens de répression par la police. Cette riposte des agents de sécurité conduira à l’arrestation de Pascal Zaïda et quelques-uns de ses camarades de lutte.      

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir