Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie

POLITIQUE

L’Union police nationale (Unapol), syndicat de la police nationale, burkinabè était face aux médias ce jeudi 19 octobre 2017 pour se prononcer sur l’état d’évolution de leur plateforme revendicative et donner leur lecture de ce qui fait l’actualité, le prochain forum national de la sécurité notamment.

Ce jeudi, l’Unapol a exprimé «le découragement, le désarroi et le courroux de l’ensemble des policiers du Burkina Faso face au mépris dont fait preuve le gouvernement de monsieur Paul Kaba Thiéba à leur endroit, à travers le traitement réservé à leur plateforme revendicative minimale déposée il y a bientôt un an», selon les propos du secrétaire général de l’Unapol, le commissaire de police Wakilou Sénou.

Le syndicat tire à nouveau sur la sonnette d’alarme parce qu’il dit constater qu’aucun des points évoqués dans sa plateforme n’a connu de satisfaction. Les délégués syndicaux expliquent qu’en lieu et place d’actions concrètes pour apporter des solutions adéquates à ces revendications, «nous assistons à des déclarations de bonnes intentions, des promesses non tenues, des mises en garde sur la spécificité de notre institution.»

Parmi les points de revendications attendant d’être satisfaits, il y a, en bonne place,  la relecture de la loi 045 portant statut du personnel de la police nationale, l’érection des écoles de police en établissements publics, la question du service payé, le sort des policiers radiés, ainsi que l’envoi d’agents dans les représentations diplomatiques du Burkina Faso à l’étranger.

Au front avec des armes qui s’arrêtent au premier tir
Pour l’Union police nationale, les lignes ne bougent pas.  La faute selon à leur ministre de tutelle, Simon Compaoré, qui ferait du «dilatoire». Et en conséquence, «l’Unapol s’indigne et ne comprend pas que l’on puisse ranger dans les tiroirs les problèmes véritables et quotidiens de la police pour consacrer son temps à l’organisation d’un forum dont tout burkinabè doué d’intelligence connait déjà l’issue», martèle le commissaire Sénou. 

Pour le syndicat de la police nationale, l’heure n’est pas à la tenue de telles activités. A cet effet, l’Unapol soutient que «les policiers ne sont pas dupes et connaissent déjà l’issue de ce forum. Ce serait vraiment extraordinaire qu’il puisse en découler quelque chose de bénéfique pour la police. (…) Il va s’agir encore de venir tenir des discours, alors que les discours, c’est pour les campagnes électorales. Nous, nous voulons du concret.»

Le secrétaire général du syndicat préconise de confier les problèmes de sécurité aux professionnels. D’autant plus que le budget alloué à ce forum «aurait pu servir à mener des actions concrètes, tangibles et visibles pour la sécurité des burkinabè. Depuis deux ans, nos hommes sont dans les bureaux avec les mêmes tenues délavées. Ce sont ces problèmes que nous voulons qu’ils résolvent. Nos hommes sont au front avec des armes qui s’arrêtent au premier tir, c’est ce qu’ils doivent résoudre.»

Toutefois, le commissaire Wakilou Sénou s’est voulu rassurant en précisant que le dialogue n’est pas rompu avec leur ministère. Cependant, il prévient: «face à ce mépris et à cette volonté de faire du dilatoire, l’Unapol souligne que des actions fortes seront entreprises, si un traitement diligent n’était pas accordé à la plateforme revendicative dans de plus brefs délais». 
  

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé