Aujourd'hui,
URGENT
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti
Burkina: près de 25 000 réfugiés bénéficient de l’asile (HCR)
HCR: 68,5 millions de personnes déracinées dans le monde à la fin 2017 (Rapport)
Côte d’Ivoire: une pluie diluvienne fait au moins 10 morts dans plusieurs quartiers d’Abidjan (AIB)
Economie: au 31 janvier 2017, les chèques impayés émis au profit de l’Etat burkinabè représentait un montant de plus de 36 milliards de FCFA
Cameroun:  deux militants du RDPC tués, le gouvernement accuse les séparatistes (RFI)

POLITIQUE

A l’initiative du Comité international mémorial Thomas Sankara (CIM-TS), des partisans épousant les idéaux du défunt président du Faso ont commémoré ce 15 octobre 2017, le 30e anniversaire de son assassinat.  Ce dimanche matin, ils ont marché pour exiger que justice lui soit rendue. Dans le cortège, on notait la présence d’activistes togolais et ivoiriens.

15 octobre 1987-15 octobre 2017, voici 30 ans que le capitaine Noël Isidore Thomas Sankara et 12 de ses compagnons ont péri à la suite du coup d’Etat ayant porté Blaise Compaoré au pouvoir. Trente ans après, ses «héritiers» espèrent que la vérité triomphe et que justice soit faite.
 
Partis du Conseil de l’entente (lieu où il a été assassiné), les manifestants, scandant des slogans révolutionnaires, ont rallié le siège de la justice militaire. En chemin, une halte a été marquée devant l’ambassade de France pour demander aux autorités de ce pays la levée du secret défense. «Une demande officielle adressée à la France en 2016 pour qu’elle lève son secret défense afin que l’enquête puisse être menée en vue de situer la responsabilité de la France dans ce crime», rappelle le président du CIM, le colonel Bernard Sanou avec l’ensemble de ses camarades. Jusque-là, déplore-t-il, les autorités françaises n’aient pas encore donné suite à ladite requête.  
 
Se basant sur des écrits et témoignages, il se dit convaincu «que le président Thomas Sankara a été victime d’un complot dont les commanditaires sont aussi bien à l’intérieur du Burkina Faso, qu’à l’extérieur du pays, notamment en France». C’est la raison pour laquelle, le Comité international mémorial Thomas Sankara exige non seulement  la levée du secret défense, mais aussi la mise sur la table de toutes les archives portant sur ce dossier.

Toute chose qui permettrait, selon le président du CIM-TS, l’ouverture d’une enquête en en France. Ce message est contenu dans un mémorandum que le comité a remis à l’ambassade de France ce dimanche.

L’ensemble des manifestants, qui arboraient pour certains des t-shirt avec l’effigie du capitaine Sankara, et pour d’autres des pancartes ou encore des photos de l’homme en main, ont voulu témoigner leur détermination à mener le combat pour que la justice soit rendue à leur «père spirituel».
 
Sur le plan judiciaire, les manifestants souhaitent voir les choses aller un plus vite. C’est pourquoi ils ont ensuite rallié la justice militaire afin de remettre un mémorandum récapitulatif de tout ce qui a été fait au niveau de la justice. «Et nous venons aussi pour les encourager dans le travail qu’ils sont en train de faire depuis lors. Certes le dossier dure depuis 30 ans, mais eux, ils l’ont il n’y a que quelques mois», a laissé entendre le président du CIM-TS, après avoir été reçu par les premiers responsables de cette institution.
 
Les manifestants, espèrent que, «très bientôt, le dossier passera à l’étape du procès que nous attendons de tout notre cœur».  
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir