Aujourd'hui,
URGENT
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019

POLITIQUE

Voici la réaction du Balai citoyen, organisation de la société civile, devant la liberté provisoire accordée à l’ancien ministre des Affaire étrangères, Djibril Bassolé, détenu à la Maison d’arrêt et de correction des armées pour son implication présumée dans le coup d’Etat de l’ex RSP contre les autorités de la Transition en septembre 2015.


«Ce mardi 10 octobre 2017, nous apprenons la libération (provisoire) du Général Djibril Bassolé. A l’instar de notre Peuple, la nouvelle de cette libération soulève indignations et interrogations au sein du mouvement Le Balai Citoyen et pose un problème à la conscience de tout démocrate et défenseur de la Justice et des principes du droit. Cette décision qui devrait relever d’un acte purement judiciaire aurait pu ne pas retenir notre attention ni celle de personne d’autre si seulement le contexte et les circonstances de sa survenue avaient été autres que ceux que nous connaissons tous.

En effet que s’est-il passé ? Le 29 septembre dernier marquait deux ans jour pour jour que le Général Djibril Bassolé a été arrêté et incarcéré dans le cadre d’une enquête judiciaire sur le coup d’Etat militaire du 16 septembre 2015. Il a été incarcéré depuis cette date avec les chefs d’inculpations tels que « attentat contre la sûreté de l’Etat, association de malfaiteurs, fourniture de moyens financiers, meurtre, dégradation volontaire de biens, coups et blessures volontaires, trahison ».

Le Général Bassolé naturellement a toujours rejeté ces accusations. En deux ans, tous les moyens ont été explorés pour dans un premier temps remettre en cause totalement les accusations et le blanchir. Ce n’est qu’après avoir vainement espéré cette issue, que la piste de la liberté provisoire a été envisagée dans un second temps comme alternative. Tant que les demandes de libération de Bassolé étaient l’œuvre de ses avocats, cela n’aurait rien d’anormal.

Mais l’opinion nationale et internationale est témoin des pressions multiples et multiformes qui ont été actionnées en vue de soustraire le Général Djibril Bassolé de la Justice. Des moyens de droit, des mobiles de santé, des moyens militaires (tentatives de libération forcée), des pressions diplomatiques, des pressions politiques, des pressions sociales, tout y passe. Et là nous ne parlons pas de simples opinions, car il nous semble évident que les individus et les organisations sont libres d’exprimer leurs opinions favorables ou défavorables à la détention de Djibril Bassolé, tant que cela reste des opinions. Mais dans le cas de Djibril Bassolé, on a dépassé le simple fait d’une opinion et franchi le seuil du tolérable.

Quelques faits :

Le 29 septembre 2017, le jour anniversaire de l’an 2 de l’arrestation de Djibril Bassolé, des politiciens réunis au sein d’un parti politique qui avait misé sur Bassolé pour la présidentielle de 2015, ont animé une conférence de presse pour exiger la libération de leur camarade politique, Djibril Bassolé. A l’occasion, le parti qui n’est autre que la NAFA, déclarait par la voix de son président intérimaire, Mamoudou Hama Dicko « Trop c’est trop, … notre silence a des limites et nous exigeons la libération de Djibril Bassolé », un ultimatum clair donné à la justice militaire pour libérer leur camarade.

Au même moment, dans la province du Sanguié, précisément à Réo, ce sont les personnes rassemblées sous le lien de la parenté, ethnique et régionale, d’avec Djibril Bassolet qui ont marché dans la ville exigeant la libération sans condition de leur « fils » selon leurs termes. Cette marche si elle a été légalement autorisée, elle constituait déjà un précédant grave comme fait contre-républicain. Après les parents, les camarades politiciens, la société civile n’est pas restée en marge. Pascal Zaïda, à la tête d’un « Cadre d’expression démocratique (CED) » a entamé une campagne pour exiger lui aussi la libération de Djibril Bassolé et Cie.

Il a annoncé un meeting à cet effet et malgré l’annulation de l’autorisation de manifester par la mairie (on peut continuer à polémiquer sur cette autorisation), il a continué la campagne en annonçant clairement qu’il tiendra ce rassemblement avec ou sans autorisation. Toutes ces actions, non exhaustives, ont été accompagnées par une campagne médiatique faite de pression et d’intoxication de l’opinion nationale et internationale et d’autres formes de manipulations et de marchandages souterrains. Malgré toute cette agitation, notre mouvement n’a pas jugé nécessaire de descendre dans ce débat malsain aux objectifs tout aussi malsains.

Le Balai Citoyen restait convaincu tout simplement que la Justice militaire ne se laissera pas intimider et ne donnera pas droit au « holly gangdisme ». Malheureusement il semble que nous nous sommes trompés sur la capacité de notre justice à s’assumer et à ne donner droit qu’à l’Etat de droit. L’opinion est témoin que Bassolé n’est pas la première personne à être remis en liberté dans l’affaire du putsch. La liste de ceux qui ont bénéficié d’une liberté provisoire et même d’abandon totale ou partielle de charges est longue et parmi eux des personnalités importante (militaires, politiques, citoyens) de l’ancien régime. Et pourtant le Balai Citoyen n’a émis aucun avis officiel sur ces libérations. Ni approbation ni désapprobation parce que notre conviction est que la Justice doit faire son travail en toute liberté et avec sérénité.

Plus que pour quiconque, le juge sait que l’environnement, le contexte et particulièrement les circonstances de la commission d’un acte (criminel) sont importants pour apprécier l’acte et les intentions ou motivations de son auteur. Ces circonstances entrent même dans les facteurs qui peuvent influencer la décision du juge, c’est ainsi que la justice reconnait que les circonstances peuvent être atténuantes ou aggravantes pour les auteurs d’un acte. Dans le cas précis qui concerne la libération de Djibril Bassolé, les circonstances sont d’une extrême gravité. Nous sommes au regret de constater avec l’opinion publique que la justice militaire vient d’ « accorder » une liberté à Djibril Bassolé sous la pression des parents politiques ou familiaux du prévenu.

Il est inadmissible que la justice continue de fonctionner sur des injonctions de groupes d’intérêts au détriment du droit. On se souvient encore que lors des obsèques de Salif Diallo, la député Juliette Bonkoungou avait révélé avec hardiesse comment elle-même et Salifou Diallo avaient réussi à faire libérer une femme qui était poursuivi curieusement elle aussi dans la même affaire de putsch. Un aveu grave qui a été fait sur les antennes de la télévision nationale et qui n’a pas été démenti par l’autorité judiciaire. Aujourd’hui c’est le tour de Djibril Bassolé de bénéficier de cette libération troublante.

Si les Burkinabè acceptent avaler cette couleuvre, Il faut s’attendre à ce que les pressions s’accentuent et deviennent plus fortes particulièrement au moment où s’ouvrira le procès de Bassolé et Cie pour obtenir un verdict dicté. Plus que jamais la maxime du Pr Joseph Ki-Zerbo est de mise. Na an lara an sara !

C’est pourquoi, face à cet acte qui constitue un précédant grave, une « jurisprudence » de la justice militaire dans notre pays, le Balai Citoyen appelle à la mobilisation de tous et à la résistance. D’ores et déjà la Résistance a commencé la nuit du 10 octobre. Aussitôt après l’annonce de la mauvaise nouvelle, des citoyens se sont rassemblés devant le Tribunal militaire pour interpeller le juge sur sa responsabilité et l’impératif de restaurer la règle de droit. Hommes, femmes, jeunes, travailleurs du public, du privé et de l’informel, sans emplois, élèves et étudiants, Peuple du Burkina Faso, la résistance est en marche. Il faut restaurer le Faso !

Notre nombre est notre force !
Ensemble on n’est jamais seul !
La Patrie ou la mort, nous vaincrons ! »

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé