Aujourd'hui,
URGENT
Football: Salitas FC logé dans le groupe B de la Coupe de Confédération avec Etoile du sahel, CS Sfaxien et Enugu Rangers   
Burkina: Christophe Joseph Marie Dabiré nommé Premier ministre en remplacement de Paul Kaba Thiéba
Burkina: dans une déclaration, les évêques invitent les fidèles à prier pour la paix durant tout le mois de février 2019
RDC: la Cour constitutionnelle confirme la victoire de Tshisekedi, Fayulu se proclame président
Mali: huit Casques bleus ont été tués dans l'attaque terroriste d'un camp de la mission de l'ONU dans le nord-est du pays
Football: Salitas FC se qualifie pour la phase de poule de la Coupe de la confédération Caf en battant Al Nasr (3-1)
Orodora: 5 morts dans un affrontement entre la police et des jeunes 
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»

POLITIQUE

La Convention des organisations de la société civile pour une observation domestique  des élections (Codel) a lancé officiellement ses activités ce jeudi 5 octobre 2017 à Ouagadougou. A compter de ce jour, la Codel s’engage dans le suivi et le contrôle citoyen des politiques publiques et du programme présidentiel. La Codel, nouvelle version, a été présentée à la presse ce jeudi par son président, Me Halidou Ouédraogo. 

La Codel s’investira désormais dans les activités de promotion, de protection des droits de l’homme et du développement, de suivi des politiques publiques, d’animation de la plateforme de veille citoyenne, Présimètre, et de renforcement des capacités de ses membres pour une meilleur contribution à l’édification de l’Etat de droit.

Pour Me Halidou Ouédraogo, face aux multiples défis que devra surmonter le Burkina, il était impératif que la Codel et ses partenaires puissent continuer leur travail en suivant la mise en exécution des politiques publiques dans le cadre de la reddition des comptes.

«Dans ce cadre, la Codel, héritière des luttes des OSC, s’implique. Elle a noté qu’après les élections, tous n’est pas fini. Alors elle s’est mise au travail et participe à la construction de l’Etat de droit. Elle œuvre, avec ses membres et ses partenaires, à l’édification de l’Etat de droit et investit les plateformes de veille et de formation des citoyens, de légitimer ses actions et œuvrer à les pérenniser » a-t-il expliqué.

La Codel estime donc qu’après l’observation des élections et la proclamation des résultats, tout n’est pas fini. Après l’élection, il faut que les nouvelles autorités puissent implémenter les politiques qu’elles ont promis aux citoyens. Par conséquent, le suivi de la mise en place de ces politiques devient impératif. Raison pour laquelle, la Codel est partie prenante dans la plateforme Présimètre qui est un programme de redevabilité politique et socioéconomique s’appuyant sur le monitoring citoyen des politiques publiques et les technologies de l’information et de la communication.

« Dans le cadre de la mise en œuvre du programme du Présimètre, la société civile tient une place qui permet aux citoyens de pratiquer le principe de la reddition des comptes. L’intérêt des gouvernants et des citoyens, permet de renforcer la bonne gouvernance et implique les citoyens dans la gestion de l’Etat et des communautés. Le principe de l’imputabilité et de la redevabilité sont de plus en plus connus et pratiqués dans notre pays, responsables et citoyens s’interpellent et construisent ensemble l’Etat de droit » foi de Halidou Ouédraogo.

Au titre des activités, la Codel prévoit, entre autres, un dialogue citoyen sur la réconciliation nationale avec l’ensemble des acteurs et le gouvernement, une formation des jeunes sur le Présimètre et des  émissions d’interpellations citoyennes. 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé