Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)

POLITIQUE

Le Comité international mémorial Thomas Sankara (CIM-TS) a officiellement lancé la campagne nationale et internationale de souscription populaire pour la construction d’un mémorial dédié à Thomas Sankara. C’était le 2 octobre 2017 au stade municipal Joseph Issoufou Conombo de Ouagadougou. C’est le président du Faso, Rock Marc Christian Kaboré, avec à ses côtés l’ancien chef d’Etat ghanéen, John Jerry Rawlings, qui a donné le top le départ.

Selon le colonel Bernard Sanou, président du Comité international mémorial Thomas Sankara (CIM-TS), le projet vise à «mettre en commun toutes les idées, initiatives et moyens intellectuels, matériels et financiers afin de voir naître un espace de diffusion de l’idéal prôné par le père de la révolution burkinabè».
 
Pour financer la construction du mémorial Thomas Sankara, le comité international mis sur pied à cet effet a emprunté une méthode chère au père de la Révolution: l’effort populaire. Ainsi la campagne lancée ce lundi 2 octobre 2017 a été placée sous le signe de la «participation au financement du Mémorial en souscrivant à ce projet populaire pour un homme du peuple».

Né de l’initiative d’un groupe pluridisciplinaire (chercheurs, artistes, cinéastes, journalistes, etc.) de plusieurs nationalités dont l’ancien président John Jerry Rawlings comme président d’honneur, ce mémorial devrait offrir à la jeunesse un cadre d’études et de recherches en vue d’élever sa conscience politique et susciter un meilleur engagement de sa part dans l’action de construction du présent et de l’avenir. C’est toute la pensée politique de la révolution qui sera représentée dans le mémorial.

Devant un parterre de personnalités, notamment l’ensemble des autorités politico-administratives burkinabè, le corps diplomatique, l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Mamadou Coulibaly, l’ancien chef d’Etat guinéen, Moussa Dadis Camara, le colonel Sanou a requis solennellement la mobilisation du peuple burkinabè pour la construction de ce mémorial.

Des Burkinabè présents à la cérémonie de lancement de la souscription ont scandé que, «même à plus de la centaine de milliard de FCFA, nous allons financer ce mémorial».

Après avoir glissé sa contribution dans l’urne, le président du Faso a confié qu’il était important de marquer sa reconnaissance au père de la Révolution qui a été un symbole de combativité qui a développé des valeurs au Burkina Faso. «Je remercie le président Rawlings et tous les panafricanistes pour cette initiative. Parce que cela permettra à la mémoire du président Sankara de transgresser des âges, des pays et des nations», a déclaré Roch Marc Christian Kaboré.

Pour sa part, John Jerry Rawlings voit dans la révolution d’octobre 2014, le fruit de l’arbre planté par Thomas Sankara.  «Il y a trois ans, l’effort collectif d’une population déterminée à repousser une tentative d’usurper le pouvoir, la volonté, la force et la détermination du peuple sont venues à bout de l’oppression. Dès le moment où Thomas Sankara a pris la décision de changer le nom du pays pour le faire devenir Burkina Faso, il a planté la graine des événements de 2014», a ajouté le président ghanéen.

Les organisateurs annoncent que le peuple nigérien a déjà envoyé une contribution d’un million de F CFA. Les contributions peuvent se faire à travers des virements bancaires, le transfert par téléphonie mobile ou directement dans les urnes apprêtées à cet effet.

 
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir