Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays
Vatican: l'archevêque salvadorien assassiné Oscar Romero et le pape Paul VI canonisés (RFI)
Francophonie: le français, 5e langue parlée dans le monde avec 300 millions de locuteurs (RFI)
Turquie: le pasteur américain Andrew Brunson a été libéré

POLITIQUE

C’est sous le signe de la relance, de la tolérance, de la cohésion et de l’unité nationale, que le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir), a placé sa rentrée politique 2017-2018. Responsables politiques, militants et sympathisants dudit parti étaient en ordre de bataille ce samedi 30 septembre 2017, à son siège à Ouagadougou.

Après la pluie, vient le beau temps dit un adage populaire. Ce dicton s’apparente de toute évidence à l’esprit avec lequel le CDP effectue sa rentrée politique. En effet, pour Achille Tapsoba, président par intérim, «les vents violents passent, les tornades passent et repassent, le CDP reste». Et aujourd’hui, après l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014 qui ont abouti à la perte du pouvoir par ce parti, les premiers responsables entendent mettre tout en œuvre pour la reconquête du pouvoir «dans la légalité, la transparence». C’est en toute assurance que cette ambition a été dévoilée.

A en croire les propos des intervenants au pupitre, il n’y a point de doute à se faire sur ce qui pourrait être qualifié de retour aux affaires pour le CDP. Et pour y parvenir, Achille Tapsoba dit se référer à l’expérience acquise durant tout le temps passé aux commandes de la gestion politique au Faso. «Nous avons tiré toutes les leçons, tous les enseignements de cette période de l’histoire (…) nous sommes prêts à corriger et à aller de l’avant», assure-t-il.

Le parti, assure son président par intérim, est en train de «reprendre du souffle en vue de réaliser de nouvelles performances politiques car nous sommes dans la logique de la préparation. (…) Le CDP continue de rester convaincu de la possibilité de l’alternance».

Par ailleurs, fustigeant la situation politique nationale actuelle, Achille Tapsoba et ses camarades affirment être convaincus que le seul remède reste le dialogue. Aux dires de l’actuel président du CDP, «le dialogue politique est le maître-mot de la solution ultime de la situation politique nationale. Nous sommes pour le dialogue politique, nous attendons le dialogue politique, nous croyons à la vertu du dialogue politique».

Ce rendez-vous, présenté comme un nouveau départ pour le parti de Blaise Compaoré, a connu la participation de responsables de partis politiques alliés. Ainsi, on notait la présence de Amadou Traoré du Parti des républicains, Yacouba Sawadogo de l’ADF-RDA, Soumane Touré du PITJ, Ali Badra Camara du RPR et bien d’autres. 

Pour les responsables du CDP, cette présence fort remarquée de ces derniers dénotent toute la largesse de l’expression de la démocratie. C’est «un bon signe pour la démocratie et pour la tolérance mutuelle qui illustre la maturité d’esprit d’un grand nombre d’hommes et de femmes politiques de notre pays», a fait savoir Léonce Koné, président de la commission ad ’hoc.

En somme, c’est un signal fort que le CDP dit vouloir lancer à toute la classe politique sur sa détermination à reconquérir le pouvoir perdu il y a de cela trois ans environ. Et à l’endroit de ceux qui avait des doutes et préconisaient la fin pour ce parti, Achille Tapsoba s’est montré rassurant. «Après des moments fort difficiles laissant croire que le CDP est mort après avoir agonisé, le CDP, reste encore vivant», a-t-il laissé entendre.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé