Aujourd'hui,
URGENT
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays
Vatican: l'archevêque salvadorien assassiné Oscar Romero et le pape Paul VI canonisés (RFI)
Francophonie: le français, 5e langue parlée dans le monde avec 300 millions de locuteurs (RFI)

POLITIQUE

30 septembre 2015-30 septembre 2017, cela fait deux ans que le général Djibril Bassolé est incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction de l’armée (Maca) de Ouagadougou pour son implication présumée dans le putsch manqué de septembre 2015. A l’occasion, ses partisans dont la Nouvelle alliance du Faso (NAFA) réclament sa libération.


Face à la presse ce 29 septembre 2017 à Ouagadougou, Les responsables de la NAFA réclament la libération et sans condition de Djibrill Bassolé détenu depuis le 29 septembre 2015 à la Maca.  Pour les conférenciers, l’état de santé du général mérite une attention «particulière» au vu des arguments avancés par son médecin traitent. Ils ajoutent d’ailleurs qu’il s’est avéré qu’aucun militant de la NAFA n’est impliqué dans ledit putsch manqué du 15 septembre 2015.  

Mamoudou Dicko, président par intérim de la NAFA, après un bilan bien dressé, tire la conclusion que «c’est donc à tort et à dessein que le parti et ses premiers responsables ont été accusés. De toutes les charges dont on accuse Djibrill Bassolé, la seule  retenue par le juge d’instruction lors du délibéré du 15 juin 2017 est la trahison». Pour sa part, François Bayce, secrétaire général du parti se pose des questions. Notamment « Qui on a trahi, en quoi nous avons trahi et pourquoi on a trahi et comment on a trahi ?».

La NAFA ne croit plus à un procès équitable pour Djibrill Bassolé. D’où la question de François Bayce qui demande ce qu’on recherche sur une tête rasée si ce n’est que cette question politicienne.  Pour le part, la seule raison qui fait qu’on ne veuille pas libérer Djibrill Bassolé est à rechercher dans la volonté de l’empêcher d’être candidat à l’avenir.
Ce même vendredi, des jeunes ont manifesté à Réo pour demander la libération de Djibril Bassolé. Et les conférenciers d’ajouter que « La population du Sanguié a demandé légalement à manifester et le ministre de la justice se lève  de Ouagadougou pour aller parler à la radio locale à Réo pour dire que ceux qui marchent pour réclamer, (que) c’est de l’indiscipline. Mais malgré cela, les gens sont sortis à Réo ». «On était patient parce qu’on croyait que la justice militaire allait dire le droit. Trop, c’est trop maintenant !», a conclu François Bayce.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé