Aujourd'hui,
URGENT
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé
Burkina: l'Assemblée nationale va financer la construction du siège du CFOP (Alassane Bala Sakandé)

POLITIQUE

Dans cette lettre ouverte, des militants de l’Union pour le progrès et le changement (UPC-opposition) demandent à  R. Elisée Kiemdé, exclu du parti, de remettre son mandat à son suppléant.

«Honorable député, nous, militantes et militants de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) du Bazèga, voulons prendre langue avec vous en prenant à témoin l’opinion nationale et internationale.

A sa session extraordinaire du 20 juillet 2017, le Bureau Politique National (BPN)  de  l’UPC a prononcé votre exclusion du parti, en sanction de vos comportements, notamment  suite au vote de la loi sur les Partenariats Publics Privés (PPP).  Dans sa décision, le Bureau Politique National vous demandait, par souci de cohérence, d’honnêteté,  et de morale politique, de remettre votre mandat de député aux militantes et militants  de l’UPC de la province du Bazéga, qui ont favorisé en son temps votre élection en vous désignant, en contribuant financièrement à votre campagne et en mobilisant les populations à cet effet.

Le 11 août 2017, une délégation des Secrétaires généraux des communes du Bazéga vous a rendu visite à votre bureau. A cette occasion,  après vous avoir longuement entendu sur la crise qui a conduit à votre exclusion du parti, la question vous a été posée sur vos projets. Vous avez répondu que vous serez désormais non-inscrit à l’Assemblée nationale et, s’agissant de votre mandat, vous avez répondu que comme vous l’aviez publiquement annoncé, vous projetez toujours le laisser à votre suppléant.  Vous sollicitiez toutefois un temps de réflexion et de mise en œuvre.

Au moment où s’ouvre la seconde session ordinaire de notre parlement,  nous n’avons toujours pas de nouvelle. Nous venons alors à nouveau vers vous pour poser le problème. Notre logique demeure la même : en  contrevenant aux instructions du parti, vous  vous êtes mis délibérément en dehors de lui. C’est votre liberté. Mais depuis votre départ du parti, la question est devenue un  sujet d’une grande préoccupation pour les populations du Bazéga qui vous ont élu sous la bannière de l’UPC, et qui s’attendaient à une démission de votre part, en vue de remettre dans leurs mains ce mandat dont elles fondent la légitimité. C’est à leur demande et en leur nom, que la présente démarche a été entreprise.

Dans l’attente de votre réaction, nous vous prions de croire, Monsieur le Député, en l’expression de notre parfaite considération. »

Fait à Kombissiri le  25 septembre 2017.

Ont signé pour les militants UPC de la province, les Secrétaires généraux des communes :
-    PACMOGDA B. Clément, sous-section de Kombisiri
-    SOUBANDE Moussa, sous-section de Doulougou
-    NIKIEMA Kouliga, sous-section de Saponé (correspondant de la province)
-    GUIROU Mathieu, sous-section de Kayao
-    TAPSOBA François, sous-section de Ipelcé
-    COMPAORE Amado,  sous-section de Gaongo
-    ZONGO     Donatien, sous-section de Toécé


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé