Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 
5e RGPH: la ministre en charge de la famille, Laurence Ilboudo plaide pour un recensement exhaustif des personnes en situation de  handicap
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record

POLITIQUE

Des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) ont pris part dans l’après-midi du mercredi 20 septembre 2017, à une rencontre de haut niveau sur « la feuille de route de l’Union africaine sur le dividende démographique : De l’engagement à l’action ». La rencontre a été présidée par le président en exercice de l’UA, le Pr Alpha CONDE en présence du Secrétaire général de l’ONU, Monsieur Antonio GUTERRES.

A cette occasion, le Président du Faso et ses pairs ont partagé les expériences de leur pays respectif en matière de création d’emplois pour les jeunes et les femmes et proposé des solutions en vue d’améliorer les conditions de vie de cette frange de la population.

Invité à parler de l’expérience du Burkina Faso en matière de lutte contre l’excision, le chef de l’Etat a d’abord salué la tenue de cette rencontre et surtout la prise de conscience des chefs Etat africains face à cette préoccupation majeure.

Pour ce qui est du Burkina Faso en matière de lutte contre l’excision, le Président Roch Marc Christian KABORE a indiqué que « nous avons engagé depuis plusieurs années une lutte acharnée contre ce fléau qui est dû à une conception rétrograde au niveau de nos sociétés ». Pour une lutte efficace, selon le chef de l’Etat, « un corpus a été mis en place et un travail a été mené auprès des différentes couches de la population, y compris les chefs coutumiers et religieux qui parfois jouent un rôle important dans ce domaine ».

Comme solutions pour venir à bout de ces fléaux qui représentent un frein à l’épanouissement des jeunes, le Président du Faso propose « l’amélioration et le renforcement de la formation des jeunes filles en matière de scolarisation ».

Selon lui, « c’est la qualité du capital humain qui va nous permettre de faire reculer l’ensemble des fléaux dont nous parlons aujourd’hui, qui font partie un peu des vestiges des conceptions moyenâgeuses qui existent encore dans nos différents pays ».

Enfin, le chef de l’Etat a souhaité que « les décisions les meilleures soient prises pour faire en sorte que les jeunes et les femmes aient véritablement leur place dans le développement de nos pays ».

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé