Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

La chambre de contrôle du tribunal militaire de Ouagadougou a renvoyé au 6 octobre 2017 l’audience de confirmation des charges de la centaine d’inculpés du dossier du putsch manqué de septembre 2015. L’audience était initialement prévue ce vendredi 15 septembre 2017. L’audience de ce jour devrait permettre de confirmer ou non les charges retenues contre les présumés auteurs et complices du coup d’Etat manqué de l’Ex-Rsp en septembre 2015 qui a fait officiellement 15 morts et une centaine de blessés.

Les chefs d’inculpation varient selon les personnes. Ils comprennent, entre autres,  le crime contre l’humanité, l’attentat, l’assassinat, le recel de cadavres, le faux en écriture authentique, etc. Le présumé « cerveau du putsch », le général Gilbert Diendéré, est poursuivi pour onze chefs d’inculpations dont ceux de crime contre l’humanité, d’attentat à la sûreté de l’État et de haute trahison. 

Compte tenu des irrégularités dans le déroulement de la procédure (non  notification de l’audience à tous les inculpés, non accessibilité de l’intégralité des dossiers par les avocats et difficulté d’accès des avocats aux prévenus en détention), la chambre de contrôle sur demande des avocats de la défense a décidé du renvoi de l’audience au 6 octobre prochain.

Malgré tout, les avocats de la défense ne sont pas satisfaits de la date du 6 octobre car cette date, selon eux, devrait être postérieure à la date du 24 octobre retenue pour l’audience d’appel. 

« Le dossier a été renvoyé au 6 octobre dans le seul but de faire notifier le dossier à tous les conseils et ceux qui n’ont pas été avisés. Mais dans la mesure où un appel a été fait contre l’ordonnance de renvoi, nous estimons qu’on ne peut pas tenir l’audience d’aujourd’hui sur des faits et griefs qui sont reprochés en appel dont l’audience aura lieu le 24 octobre. Dans ce cas, nous avons demandé que l’audience qui devait se tenir aujourd’hui soit renvoyée à une date qui soit postérieure à la date du 24 octobre. De sorte que la chambre de contrôle puisse utilement statuer en tenant compte des griefs qui sont faits à l’ordonnance de renvoi du juge d’instruction » a fait savoir Me Yacouba Traoré, l’un des avocats de la défense.

La chambre de contrôle, malgré la demande des avocats, a décidé de ne pas tenir compte de cette demande au motif qu’il n’y a pas « de liens suffisants » entre l’audience d’appel prévue le 24 octobre et l’audience de confirmation de charge renvoyée au 6 octobre. L’une peut se tenir sans qu’il n’y ait d’impact sur l’autre, selon ladite chambre. Les différentes parties se retrouveront donc le 6 octobre pour l’audience de confirmation des charges.