Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

POLITIQUE

Le président français, Emmanuel Macron, a annoncé ce mardi qu'il se rendrait prochainement dans la capitale du Burkina Faso, notamment pour parler de la crise migratoire.

Le président français  a annoncé mardi qu'il se rendrait «prochainement" à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, dans le cadre de ses efforts diplomatiques pour créer un «axe intégré entre Afrique, Méditerranée, et Europe», notamment sur la crise migratoire, rapporte Europe 1. Emmanuel Macron s’exprimait à l'Elysée alors qu'il livrait les grandes lignes de sa politique étrangère lors du traditionnel discours du chef de l’État français aux 170 ambassadeurs de France dans le monde.

«L'Afrique n'est pas seulement le continent des crises, c'est un continent d'avenir, nous ne pouvons pas le laisser seul (…) Je me rendrai prochainement à Ouagadougou (à la mi-novembre probablement, NDLR) pour porter ce message», annonce M. Macron. Le journal Le Monde pour sa part croit savoir que dans la capitale burkinabè, Emmanuel Macron va prononcer un discours dessinant les grandes lignes de la politique française en Afrique.

Lundi 28 août, un mini-sommet Europe-Afrique organisé à Paris sur la crise migratoire a débouché sur une feuille de route visant à renforcer le soutien aux pays africains qui, tels le Niger et le Tchad, pourraient servir de "hotspots". Les dirigeants européens proposent, entre autres solutions, d’identifier les réfugiés «dès le territoire africain».

Il s’agit de lancer la procédure d'asile en Afrique, «dans des zones identifiées, pleinement sûres, au Niger et au Tchad». L'identification des candidats éligibles à l'asile se fera «sur des listes fermées» du Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) et concernera «des migrants d'ores et déjà identifiés par le HCR et résidant dans ces pays de passage», précise le chef de l'État français.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir