Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: dans une déclaration, les évêques invitent les fidèles à prier pour la paix durant tout le mois de février 2019
RDC: la Cour constitutionnelle confirme la victoire de Tshisekedi, Fayulu se proclame président
Mali: huit Casques bleus ont été tués dans l'attaque terroriste d'un camp de la mission de l'ONU dans le nord-est du pays
Football: Salitas FC se qualifie pour la phase de poule de la Coupe de la confédération Caf en battant Al Nasr (3-1)
Orodora: 5 morts dans un affrontement entre la police et des jeunes 
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»
Burkina: le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso qui l'a accepté
RDC: l'Union africaine demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats

Photo: lefaso.net

POLITIQUE

Le décès du Maréchal des logis (MDL) Yassia Sawadogo, portait à 19 le nombre de personnes tuées dans l’attaque du café Aziz Istanbul du dimanche 13 août. Désormais, celui-ci repose à jamais au cimetière municipal de Gounghin depuis ce lundi 21 août.

Consternation et tristesse étaient les expressions que laissaient entrevoir le visage de l’ensemble de ces personnes venues accompagner le MDL Yassia Sawadogo à sa dernière demeure. Ce grand moment d’émotion a d’abord traversé le camp Sangoulé Lamizana, où a eu lieu la levée de corps en début d’après-midi, jusqu’à l’ultime séparation au cimetière municipal de Gounghin.

Une séparation définitive du MDL Sawadogo d’avec ses proches et ses frères d’armes, marquée par les hommages militaires qui lui ont été rendus. Ainsi, ayant été élevé à titre posthume au rang de chevalier de l’ordre du mérite burkinabè, ce membre de l’Unité spéciale d’intervention de la gendarmerie nationale a eu droit à l’hymne des morts, exécuté par ses frères d’armes.

Ce fut également le moment pour ses supérieurs hiérarchiques, par la voix du commandant Evrard Somda, le patron de l’USIGN, de saluer et de reconnaitre les mérites de celui-là même qui est tombé les armes à la main. Il a d’abord bravé les tirs des terroristes pour aller secourrir une fillette de trois ans. Ensuite, «C’est en essayant d’aller neutraliser un des terroristes qu’il sera gravement atteint d’une  balle», a expliqué le commandant Somda. Et de poursuivre: «Sous-officier exceptionnel, il était très apprécié de ses chefs et de ses camarades. Egalement toujours volontaire pour exécuter des missions» de tous les ordres.

S’inscrivant dans le même esprit, le général Oumarou Sadou, chef d’Etat-major général des armées, tout en présentant ses condoléances aux familles biologique et professionnelle du défunt, a bien voulu saluer la bravoure de l’homme et surtout de l’unité à laquelle il appartenait.

Même si l’heure est à la tristesse pour les parents du MDL Yassia Sawadogo, il y a quelque part le sentiment de fierté au regard du combat mené par leur fils. «Il est tombé les armes à la main, pour la cause du pays. Nous ne pouvons que remercier le Seigneur pour ce qu’il a fait. Il a défendu sa patrie. Et pour nous famille, malgré la tristesse, nous pouvons nous réjouir qu’un de nos fils a donné sa vie pour sa patrie», a laissé entendre Adama Sawadogo, oncle du regretté.

Né le 12 novembre 1987 à Bobo Dioulasso, c’est le 7 novembre 2010 qu’il incorpore la gendarmerie. Celui que toute la Nation pleure aura été pendant sa formation délégué de sa promotion. C’est le 1er janvier 2013 qu’il a été élevé au grade de maréchal des logis.

Le MDL Sawadogo était proposable au grade de maréchal des logis chef pour le 1er janvier 2018. Malheureusement, cela ne se réalisera pas. Car c’est le samedi 19 août 2017, aux environs de 6 heures du matin, qu’il succombera de ses blessures. Sur instruction du chef de l’Etat, il devait être évacué à l’étranger pour une meilleure prise en charge. Mais vu son état, grave ne le permettait pas.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé