Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: décédé le 8 juillet 2020, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly inhumé le  17 juillet à Korhogo. 
Mali: le Premier ministre a déclaré vouloir former "très rapidement" un gouvernement d'ouverture.
Mali: plusieurs figures de l'opposition arrêtées samedi après des troubles quasi insurrectionnels qui ont fait quatre morts. 
Présidentielle: Roch Marc Christian Kaboré officiellement investi par le MPP pour briguer un nouveau mandat en novembre 2020.
Transports: la liaison ferroviaire entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso a repris mercredi 8 juillet 2020 sur l'ensemble de la ligne. 
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 

POLITIQUE

Après l’attaque d’un café restaurant qui a fait 18 morts dans la nuit du 13 août à Ouagadougou, deux organisations de la société civile joignent leurs voix aux condamnations qui se sont élevées. Il s’agit de l’Unité d’action syndicale (UAS) et du Mouvement Burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP).

La déclaration de l’UAS: «Notre pays a encore subi une attaque terroriste le dimanche 13 août 2017 aux environs de 21 heures, au cœur de sa capitale Ouagadougou. En effet, c’est encore sur l’avenue Kouamé N’Krumah, non loin de Splendide hôtel et du café restaurant Capuccino, dont les seuls noms rappellent l’attaque du 15 janvier 2016, que les barbares ont encore frappé.

Cette attaque dont le déroulement est fort similaire à celui du 15 janvier 2016, est la Nième que subi notre pays depuis octobre 2015. Si pour la plus part, les attaques se déroulent au nord de notre pays, cette 2ème attaque de Ouagadougou peut être considérée comme une démonstration de force des extrémistes violents, pseudo-djihadistes, contre le peuple burkinabè.

Cette menace grave contre la sécurité, la paix et le développement économique et social de notre peuple et des peuples de la sous-région, voire de l’ensemble des peuples du monde, a entre autres objectifs, celui de créer un climat d’instabilité dans notre pays et dans les pays voisins, afin de piller de façon ignoble, les richesses que regorgent nos sous-sols.

L’Unité d’Action Syndicale (UAS) condamne avec la dernière énergie cet acte odieux et inhumain. Elle présente aux familles des défunts, ses sincères condoléances ; aux blessés, elle souhaite un prompt rétablissement. Elle félicite vivement toutes les couches professionnelles qui sont de façons prompt et professionnelle intervenues dans la gestion de cette Nième catastrophe. Elle exhorte le  gouvernement à mettre tout en œuvre pour permettre aux Forces de Défense et de Sécurité  d’assurer au mieux, la sécurité  de tous les citoyens et de leurs biens sur l’ensemble du territoire national.

L’UAS appelle la population au calme, à la sérénité, à ne pas avoir peur, et à collaborer avec les Forces de Défense et de Sécurité pour démasquer d’éventuels terroristes ou complices encore présents en son sein.

Elle appelle les travailleurs à mener de profondes réflexions sur la situation de notre pays, et qui  crée tristesse et désolation. Elle les invite à cultiver une solidarité plus soutenue et à redoubler de vigilance face à cette épidémie d’un autre genre.
Elle adresse ses sincères reconnaissances à toutes les organisations partenaires à travers le monde qui lui ont manifesté leurs profondes compassion et solidarité !»

La déclaration du MBDHP:  «Dans la nuit du 13 août 2017, le café-restaurant Aziz Istanbul situé à Ouagadougou sur l’avenue Kwamé N’Krumah a été la cible d’une attaque perpétrée par des individus armés non encore identifiés. De source officielle, cette attaque a malheureusement coûté la vie à dix-huit (18) personnes, en plus des deux (02) présumés terroristes abattus par les forces de sécurité. Elle a également occasionné une vingtaine de blessés.

En ces moments de vive douleur pour les parents des victimes et pour la nation toute entière, le MBDHP présente ses condoléances les plus attristées aux familles et amis des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

Un peu plus d’une année et demie après les attaques du Cappucino et du Splendid Hôtel, cette énième attaque barbare et lâche vient nous rappeler que la lutte contre le terrorisme constitue un combat de longue haleine qui appelle l’implication de toutes et de tous.

C’est le lieu pour le MBDHP de saluer le courage et l’abnégation soutenue des éléments des forces de défense et de sécurité qui, au péril de leurs vies, se positionnent en première ligne de ce combat.

Par ailleurs, il convient de souligner que, malheureusement, cette seconde attaque terroriste survenue sur l’avenue Kwamé N’Krumah en moins de deux (02) ans et suivant le même mode opératoire, met à nu les failles de notre système sécuritaire. En effet, durant ces deux dernières années, les attaques terroristes se sont multipliées dans le pays, endeuillant de nombreuses familles et plongeant ainsi des millions de burkinabè dans une insécurité jamais égalée. Une telle situation, qui constitue une atteinte au droit à la sécurité des Burkinabè, commande du gouvernement, principal garant des droits humains, la mise en œuvre d’une politique, ainsi que des actions plus efficaces de protection des personnes et de sécurisation de leurs biens.

En conséquence de ce qui précède, le MBDHP :

•    condamne fermement l’attaque terroriste du 13 août 2017, ainsi que celles perpétrées précédemment ;
•    présente ses condoléances aux familles des victimes de ces différentes attaques et souhaite un prompt rétablissement à l’ensemble des personnes blessées ;
•    salue le courage et le sens élevé du sacrifice de nos forces de défense et de sécurité qui assurent au risque de leurs vies et avec professionnalisme, la sécurité des citoyens ;
•    invite instamment l’Etat à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir de façon effective la sécurité des citoyens, en améliorant la qualité des équipements et la formation de nos forces de défense et de sécurité pour faire face à ce nouveau défi.

Fait à Ouagadougou, le 14 août 2017
Le Comité exécutif national»

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir